Le rond-point Saint-Sauveur en travaux, La rue d’Entraigues à l’étude

Les travaux pour transformer le rond-point en giratoire « à la hollandaise » vont bientôt commencer tandis que les riverains sont conviés le 23 juin à partir de 19 h 30 à l’école Rabelais à une réunion de présentation de l’aménagement de la rue d’Entraigues qui interviendra en 2023. Dès le début de l’an prochain seront aussi installés les premiers box à vélo dans l’hyper-centre pour garer son vélo en toute sécurité.

Une ferme municipale bio !

Le 16 juin, la Ville a inauguré « sa » ferme agroécologique. Installée sur 2 hectares, elle doit produire fruits et légumes pour la cuisine centrale qui prépare près de 1 000 repas chaque jour pour les écoles. Chambray est la première ville du Centre-Val de Loire à opter pour ce modèle en régie d’une exploitation gérée par un maraîcher municipal !

Un D.U. d’agroécologie paysanne à Tours

L’université de Tours, en partenariat avec la ferme-conservatoire de Sainte-Marthe dans le Loir-et-Cher, va créer un nouveau diplôme en janvier 2023. Les cours pratiques de cette « université paysanne » seront dispensés dans cette ferme et la trentaine d’intervenants-formateurs viendront de plusieurs universités, comme Lausanne ou Paris-Dauphine, mais aussi de l’INRAE. L’objectif de cette formation pluridisciplinaire étant de « cultiver » des paysans-écocitoyens.

Les Macronistes ballottés en Indre-et-Loire

• En 2017, ils avaient presque réalisé le grand chelem avec quatre députés LREM sur cinq dans le département, sans présenter de candidat(e) face à l’UDI dans la 3e.
• Au soir du 1er tour, Daniel Labaronne (2e) et Sabine Thillaye (5e) sont en ballotage favorable. La candidate se retrouvant même face à un RN au second tour, ce qui est une première pour le parti lepéniste en Indre-et-Loire.
• Fabienne Colboc est au coude à coude avec Laurent Baumel, le revenant, dans la 4e.
• Le député de Tours, Philippe Chalumeau, est en ballotage très défavorable face au candidat NUPES Charles Fournier qui totalise près de 40 % des suffrages.
• À l’inverse, la majorité présidentielle peut gagner la 3e grâce à Henri Alfandari qui, sous la bannière Horizons du parti d’Édouard Philippe, est arrivé en tête du 1er tour en éliminant Sophie Métadier, la députée sortante.
• Le second tour s’annonce serré et les résultats dépendent de deux facteurs : le report des voix des électeurs qui, comme ceux de LR ou du RN, n’ont plus de candidats en lice et, conséquemment, de la participation avec ou pas la remobilisation éventuelle des abstentionnistes du 1er tour. Rien n’est donc joué et la majorité présidentielle peut encore décrocher quatre voire cinq des sièges en Indre-et-Loire.