|
|
|
Christophe Chaillou, patron chahuté
|
|
|
Christophe Chaillou, patron chahuté

Christophe Chaillou, patron chahuté

Quelques jours après notre dernière publication saisonnière, début juillet, la Métropole d’Orléans, qui regroupe des élus des 22 communes de l’agglomération, a désigné son nouveau président et ses 20 vice-présidents.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp
Christophe Chaillou, patron chahuté

Le nouveau patron de l’intercommunalité s’appelle Christophe Chaillou (photo) : maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle depuis 1998, adhérent au Parti Socialiste, il a battu le maire d’Olivet Matthieu Schlesinger (ex-LR) au 2e tour de scrutin lors d’un conseil métropolitain qui a réservé son lot de coups de théâtre et de discussions de couloirs. En effet, Christophe Chaillou a été élu grâce aux voix que lui a apporté son vieil ennemi Serge Grouard. Pourtant, le positionnement politique et les idées de Matthieu Schlesinger, semblaient, a priori, être plus proches de celles portées par le nouveau maire d’Orléans.

La Justice s’en mêle

Mais il faut croire que les discussions Grouard/Chaillou ont été plus « fructueuses », avec une répartition des vice-présidences visiblement plus intéressante pour le PS et les élus d’Orléans. Sauf que cette entente a volé en éclats dès sa mise en service, puisque Bruno Cœur, le maire de la plus petite commune de la Métropole (et proche de la France Insoumise), s’est présenté au cours de cette même soirée d’installation contre Florent Montillot lors de l’élection du
15e vice-président, l’a emporté et a donc brisé de fait l’accord scellé entre les deux maîtres du jeu. Bruno Cœur a, ensuite, dit-il, été forcé à démissionner au nom de l’intérêt supérieur de la Métropole… et de sa commune. Superbe ambiance, donc, qui a déjà eu des conséquences politiques à droite comme à gauche : chez les LR, certains gros poissons –
comme Jacques Martinet – ont rendu leurs cartes du parti et à gauche, certains, notamment parmi les écolos, ont semble-t-il eu du mal à avaler cette alliance de circonstance. En attendant, Bruno Cœur, qui est finalement revenu sur sa démission dans les jours qui ont suivi ce conseil métropolitain, pourrait être réinstallé à l’automne par le Tribunal Administratif, lequel a été saisi par le Préfet du Loiret au sujet de ce rocambolesque épisode politico-tragico-juridique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...