|
|
Clairvie Quesne élue Jeanne d’Arc 2023 à Orléans : découvrez la nouvelle Libératrice de la ville

Clairvie Quesne élue Jeanne d’Arc 2023 à Orléans : découvrez la nouvelle Libératrice de la ville

Après Clotilde Forgeot d’Arc, Clairvie Quesne, 16 ans, élève de Seconde au lycée Saint-Charles, figurera la Libératrice d’Orléans cette année. « Cela n’a pas été facile de choisir », a expliqué lundi dernier Serge Grouard, maire d’Orléans, en présence des dix jeunes filles venant d’établissements publics et privés qui avaient envoyé leur dossier de candidature.
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Après Clotilde Forgeot d’Arc, Clairvie Quesne, 16 ans, élève de Seconde au lycée Saint-Charles, figurera la Libératrice d’Orléans cette année. « Cela n’a pas été facile de choisir », a expliqué lundi dernier Serge Grouard, maire d’Orléans, en présence des dix jeunes filles venant d’établissements publics et privés qui avaient envoyé leur dossier de candidature. Pompiers, danseuses, scouts…, les domaines où l’on retrouve ces jeunes filles étaient variés, constatait Bénédicte Baranger, la présidente de l’association Orléans Jeanne d’Arc, qui rappelle que les jeunes filles figurant Jeanne d’Arc sont « bien de ce monde ».

Tournée vers les autres

Du haut de ses 16 ans et avec « sa belle maturité », Clairvie Quesne a cependant su se distinguer de ses « concurrentes ». Il faut dire qu’en plus d’être seconde au sein d’un équipage des Scouts Unitaires de France (SUF), elle donne de son temps au service des autres, à savoir les personnes âgées de la Maison Nazareth, mais aussi les plus démunis au sein des distributions alimentaires de l’association Magdalena. « Avec ma maman, je vais également visiter des mères avec leurs bébés à la maison Saint-Euverte, depuis plusieurs années », a expliqué cette jeune fille qui a toujours voulu figurer Jeanne d’Arc et souhaite exercer plus tard « un métier qui a du sens. Pourquoi pas le journalisme ou la communication ? » Lorsqu’on lui a demandé si elle posterait la « grande nouvelle » sur les réseaux sociaux, Clairvie Quesne a répondu qu’elle ne le ferait pas, ayant bien en tête qu’elle ne devait pas chercher à « tirer le moindre avantage » de la figuration de Jeanne, conformément à son engagement. Si elle s’est volontiers prêtée, lundi, au jeu des interviews, elle n’en était pas moins escortée par sa garde rapprochée qui l’accompagnera d’ailleurs tout au long de cette année johannique : ses deux pages, Maximilien de Rochefort, deuxième de patrouille aux Scouts Don Bosco et élève en Première à Saint-Charles, ainsi que Théophile Joinneaux, son camarade de lycée et chef d’équipage des scouts marins chez les SUF, seront aussi de la partie. Les fêtes johanniques commenceront le 29 avril prochain. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire