|
|
Cohabitation compliquée 
|
|
Cohabitation compliquée 

Cohabitation compliquée 

Augmentation des scooters, stationnement de véhicules, problème d’accessibilité… Certains riverains du centre-ancien d’Orléans et associations se plaignent d’un engorgement de l’espace public. Les élus municipaux leur répondent.
Gaëla Messerli
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

M.* est un habitant du quartier Bourgogne en situation de handicap. Il dit se trouver confronté à des problèmes d’accessibilité, en raison de la présence de véhicules dans son quartier, normalement interdit aux véhicules, en dehors des livraisons et des accès aux riverains. « Il y a une moto qui se gare systématiquement devant chez moi toute la journée, alors que je me déplace difficilement à béquilles…, déplore cet habitant. Normalement, l’arrêté dit pourtant que les deux-roues sont interdits. Or, on a vu ces derniers temps se multiplier le nombre de scooters, notamment à cause des livraisons à emporter. Certains restaurateurs stationnent aussi leur voiture toute la journée, sans qu’il n’y ait, pourtant, aucune verbalisation… » Ce problème d’espace (difficilement) partagé est souligné par un autre riverain du centre historique dans un courrier adressé à notre rédaction. « Depuis quelques mois se développe un stationnement sauvage, toute la journée, jusqu’à la fermeture des bars, constate cet autre habitant. Des véhicules de travaux souvent anonymes, des remorques, des voitures… obligent piétons et poussettes à emprunter la partie centrale de la chaussée commune avec la circulation. Les touristes découvrent les monuments dissimulés derrière les fourgons. » Ce riverain termine son tableau : « les livraisons sont plus nombreuses, effectuées par des camions plus bruyants la journée et par une nuée de scooters de livraison devant la porte, le soir… » 

Trop de scooters ?

Jean-Christophe Clozier, conseiller municipal d’opposition (EELV), appuie ce constat : « La présence de scooters s’est beaucoup développée, on le voit avec les arceaux pour les vélos qu’ils finissent par occuper… Il faudrait réaliser un état réel de la situation et qu’il y ait une réponse juste et équitable. Il y a un équilibre à trouver, notamment en sortant de la croyance d’une perte de chiffre d’affaires obligée s’il n’y a pas de place de stationnement juste devant un commerce. La majorité des clients sont des cyclistes et des piétons. La preuve : Strasbourg a vu les chiffres d’affaires de ses commerçants augmenter ! » 

Pour Jean-Christophe Clozier se pose également le problème de rues refaites qui ne respecteraient pas les 1,40 m de trottoirs demandés par la loi. « Il y a l’héritage du passé, mais lorsque l’on requalifie, il faut voir avec les riverains les possibilités et, en même temps, garder en tête l’intérêt collectif. Lorsque l’on ajoute une piste cyclable sur un trottoir, on recrée des conflits entre les utilisateurs ». Selon lui, il n’y a pas de solution « standard », mais parmi les pistes à explorer, lorsque l’on supprime des parkings sur la voirie, on peut créer de « petites poches de parkings un peu plus loin pour les riverains, et sans artificialisation des sols ». 

Florent Montillot, premier maire-adjoint d’Orléans dit « s’occuper » des problèmes d’accessibilité des riverains, mais réfute la présence intempestive de véhicules dans le centre ancien. « On constate même, depuis le Covid, qu’il y a beaucoup moins de véhicules en stationnement sauvage. » L’élu observe par contre, effectivement, la présence accrue de scooters dans le cadre de livraisons. Mais pour lui, la problématique tourne surtout autour de la vitesse à laquelle ceux-ci rouleraient. « En outre, ce n’est plus seulement du ressort de la police municipale, mais aussi de celles des frontières… », explique l’élu, notamment en raison, selon lui, de la présence de livreurs sans-papier.

*Ce riverain a voulu rester anonyme.   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Chaillou : « une profonde amertume »
Christophe Chaillou a annoncé ce matin qu’il démissionnait de la...
Alertes à la bombe à Orléans : « des plaisanteries qui n’en sont pas ! »
Hier soir, la procureure de la République, Emmanuelle Bochenek-Puren, et...
Diffuseur Saran-Gidy : c’est parti
La pose de la première pierre de l’échangeur Saran-Gidy, au...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS