|
|
Déchets : ce sera plus simple !

Déchets : ce sera plus simple !

De lourds travaux commencés cet automne au centre de tri de Saran vont avoir, dès le 1er février, une incidence concrète sur la vie des 300 000 habitants de la métropole : désormais, tous les emballages en plastique et métal devront être déposés dans le bac jaune.
Benjamin vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Ce sera un petit geste pour vous, mais un grand pas pour la collectivité : dès lundi prochain, tous les usagers sont invités à jeter dans le fameux bac jaune tous les emballages en plastique et métal dont certains, jusqu’à présent, devaient être déposés dans le bac vert. En clair : vous pouvez désormais « recycler » les emballages de packs d’eau, les pots de yaourt et crème fraîche (vides, évidemment…), les tubes de dentifrices usagés, les emballages de jambons industriels, les capsules à café, etc. 

De 12 000 à 30 000 tonnes

Si cette évolution dans les consignes de tri au quotidien est désormais possible, c’est grâce aux travaux engagés à l’Unité des Traitements des Ordures Ménagères (UTOM) de Saran et plus particulièrement dans son centre de tri, qui collecte actuellement les « fruits » des poubelles jaunes de tous les habitants de la métropole. À terme, cette infrastructure va être le récipiendaire des déchets recyclables de plus de 650 000 personnes, puisque plusieurs autres intercommunalités du Loiret, du Loir-et-Cher et du Cher vont elles aussi utiliser cet outil flambant neuf. Celui-ci a commencé à être doucement mis en fonctionnement cette semaine, et va être totalement opérationnel à partir de lundi prochain, pour une montée en charge progressive au cours des prochains mois. Thierry Cousin, le vice-président d’Orléans Métropole en charge de la gestion des déchets, évoque un centre de tri qui tournera à plein régime d’ici la fin du mois de mars. De 12 000 tonnes par an aujourd’hui, il devrait en effet pouvoir en trier 30 000 tonnes désormais, soit un rendement de 10 tonnes par heure. Le but est de pouvoir collecter 6 kg supplémentaires par habitant et par an, soit un total de 50 kg. De plus, « 36 kg d’emballage recyclable et 9 kg de verre sont en moyenne encore présents dans la poubelle verte, explique la Métropole. L’objectif est d’en transférer un maximum de cette poubelle verte vers la poubelle jaune ou la colonne en verre. »

Mais autant que la quantité traitée, c’est la qualité du tri qui va être améliorée à partir du 1er février. Actuellement, ce que les agents nomment le « taux de refus » est environ de 20 % : c’est-à-dire que, parmi tout ce que vous jetez dans vos bacs jaunes, 80 % « seulement » est effectivement exploitable pour le tri. Ce n’est pas catastrophique, mais ce manque d’efficacité s’explique par des consignes qui n’étaient pas toutes enregistrées ou semblaient mal comprises, mais aussi à cause de comportements individuels parfois saugrenus. Chez Veolia, qui exploite l’UTOM de Saran pour le compte de la Métropole, on raconte ainsi que des bouteilles en plastique sont parfois jetées encore emplies pour partie de liquide… De même, depuis le début de la crise sanitaire, certains n’ont visiblement encore pas compris que les masques en papier ne se jetaient pas dans le bac jaune, mais bien avec les ordures ménagères classiques… 

Automatisation renforcée

Pour se moderniser et devenir, selon les élus, l’un des centres de tri les plus efficients de France, l’UTOM de Saran a reçu un investissement de 14 M€. « L’automatisation est désormais beaucoup plus poussée : plus de trieurs optiques, mise en place d’un robot de tri, création d’une nouvelle cabine de tri, extension de la cabane existante, renforcement du système de protection-détection incendie ou encore aménagement de nouvelles voiries », détaille la Métropole. Pour autant, tout n’est pas encore complètement automatisé : une quarantaine d’agents de tri travailleront encore sur les lieux, soit à peu près la moitié des 80 salariés sur site. 

Désormais, les élus et les agents attendent que les usagers s’emparent à plein de ces nouvelles consignes et fassent monter en gamme la qualité du tri. Pour atteindre les citoyens, une large de campagne de communication va être menée : certains habitants de la métropole ont commencé à recevoir des messages explicatifs dans leur boîte aux lettres, et les médias locaux ont été invités à relayer l’information en participant à une visite de l’UTOM de Saran, ce mardi. Ne vous étonnez donc pas si, dans les jours qui viennent, vous avez l’impression d’être « matraqués » par des reportages qui vont presque tous dire la même chose. Mais la pédagogie, c’est aussi rabâcher. Et si c’est pour notre bien commun…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans : la police municipale dotée de nouveaux pouvoirs pour lutter contre l’ivresse publique manifeste
Aux beaux jours, les forces de l’ordre traitent en moyenne...
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...

Signaler un commentaire