|
|
… Défaite du handball ?
|
|
… Défaite du handball ?

… Défaite du handball ?

Le fleury loiret handball dit avoir jusqu’au 30 septembre pour trouver 150 000 €.
Benjamin Vasset
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Le Fleury Loiret Handball passera-t-il l’automne ? « Tout n’est pas perdu », voulait croire la semaine dernière la maire de Fleury, Carole Canette, après que la direction du club eut porté publiquement un message d’alerte, si ce n’est d’alarme, affirmant qu’il restait « quinze jours pour sauver le Fleury Loiret Handball ». Quinze jours pour trouver 150 000 €, boucler la version définitive des comptes de la saison 2021-2022 et ainsi « respecter la première des étapes du plan d’apurement de la situation nette négative de la société fixée par la Commission Nationale de Contrôle de Gestion (CNCG) et la Fédération Française de Handball ». Si au 30 septembre, cette somme n’était pas trouvée, le Tribunal de Commerce se saisirait du dossier, avec un éventail de possibilités allant du redressement à la liquidation judiciaire. « Je n’ai qu’un seul objectif, la survie du club », a expliqué la semaine dernière Sabine Guillien, la présidente du FLH. Au-delà des conséquences sportives qu’engendrerait un tel scénario avec la perte probable du statut professionnel, le club affirme que « 16 emplois » – joueuses, encadrement sportif, staff administratif – sont en jeu, de même que la survie du centre de formation et même un peu plus : « Les Panthères, c’est une vitrine pour l’émancipation des femmes », a même ajouté Carole Canette. 

Tous ces arguments posés sur la table suffiront-ils à éveiller les consciences et défaire, surtout, les cordons de la bourse ? En juin dernier, Sabine Guillien annonçait qu’il lui fallait trouver 300 000 €. Deux mois et demi plus tard, la somme à dénicher ne serait plus « que » de 150 000 €, notamment parce que la Région et le Département ont accordé chacun 35 000 € de subventions exceptionnelles et que 80 000 € de partenariat privé supplémentaire et d’abandons de créances y ont été ajoutés. Ces 150 000 € manquant, le Fleury Loiret Handball les demande sans le dire trop fort à la Métropole, que ses dirigeants ne veulent pas brusquer après l’avoir pourtant bien secoué en fin de saison dernière. Selon le club, le « trou » en question ne serait pas le résultat d’une « mauvaise gestion » de l’équipe dirigeante, mais d’une subvention exceptionnelle de la Métropole qu’aurait promise Christophe Chaillou quand il en était le président et sur laquelle serait revenue Serge Grouard quand celui-ci a pris la tête de la collectivité à l’automne 2021. En résumé, le Fleury Loiret Handball dit avoir intégré à son budget 2021-2022 une promesse de subvention qui ne serait donc jamais arrivée. Sauf que, de l’aveu même de Sabine Guillien, il n’y a eu que des « échanges oraux ». « Je ne pouvais pas prévoir les problèmes politiques à la Métropole », souffle la présidente des Panthères, qui dit avoir d’autre part bataillé tout l’été pour chercher des sous. « J’ai même essayé de monter le dossier à Bercy », assure-t-elle. 

Sauver le soldat Panthère ?

À moins qu’un ou plusieurs généreux donateurs privés ne se manifestent dans les dix jours à venir, Orléans Métropole, dont le président a dit réfléchir cet été à une rallonge seulement dans le cas où le Fleury Loiret Handball rejoindrait le « périmètre de compétences de la Ville d’Orléans* », sera-t-elle finalement le sauveur du club ? La réponse à cette énigme ne devrait intervenir que dans les dernières heures du mois de septembre, si la Métropole dispose finalement de solides garanties sur la pérennité du projet sportif et économique du Fleury Loiret Handball.

* Mais il faudrait d’abord un vote du conseil métropolitain pour valider ce transfert de compétences ; vote qui n’est pas prévu avant plusieurs mois. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christelle Clairville : Beaux arts des îles
Originaire de Guadeloupe et habitante orléanaise, cette jeune trentenaire a...
Jeanne, version Natasha
Jeanne, le nouvel album de Natasha Saint-Pier, est composé de...
« Je suis fou de cette ville ! »
À l’occasion de la sortie du film Une comédie romantique,...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS