|
|
Des aides comme s’il en pleuvait !

Des aides comme s’il en pleuvait !

Dans cette période de crise économique et sanitaire, les collectivités locales – mairies, départements, régions… – mettent en place de nombreux outils à destination des citoyens et des acteurs économiques. Et ces actions sont abondamment promues...
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Depuis le printemps dernier, ils ne chômaient déjà pas. Mais encore plus depuis la fin octobre, les pouvoirs publics – État et collectivités locales confondus – font feu de tout bois pour endiguer les effets dévastateurs de la crise. Chacun y va de sa mesure dans le domaine de compétence qui est le sien, et même souvent au-delà. Ainsi a-t-on assisté à quelques embrouillamini dont, à vrai dire, les médias se sont régalés : depuis cet été, le feuilleton de l’« aide aux commerçants » annoncée par Serge Grouard durant sa campagne électorale fut ainsi séquencé en plusieurs épisodes pour finalement accoucher d’une conclusion qui a fait beaucoup moins de vagues : cette aide de 2 000 € que le maire d’Orléans pestait de ne pouvoir verser aux commerçants orléanais, la Métropole a confirmé la semaine dernière, en toute discrétion, qu’elle transiterait bien par elle, comme le Préfet du Loiret le préconisait depuis l’été. 

Mais la Ville d’Orléans et son bouillonnant maire ne se sont pas arrêtés là : début novembre, quelques jours après le début effectif du second confinement, Serge Grouard rassemblait la presse – chose rare depuis le début de son mandat – pour détailler les mesures prises en urgence pour soutenir le commerce local, et notamment la mise en ligne d’un catalogue de commerçants proposant de la vente sur internet. Le 12 novembre, la Ville communiquait également sur les actions mises en place pour soutenir les acteurs de la culture et de l’événementiel, à commencer par la mobilisation d’un fonds de soutien de 250 000 € pour la création artistique, une commande de 10 000 € aux librairies orléanaises, ou l’assurance que le maximum d’événements garderaient bien leur place dans le calendrier, « même en mode dégradé ». Bien que contrainte d’annuler son marché de Noël cette année, la Ville d’Orléans a d’ailleurs pris le soin de rappeler, en ce début de semaine, qu’elle élaborerait quand même une « balade lumineuse en centre-ville » et mettrait en ligne à partir du 1er décembre un « calendrier de l’Avent digital », avec des lots offerts « réalisés en partenariat avec des acteurs locaux ». 

Ça déborde !

Qu’on se rassure : la Ville d’Orléans n’a pas été la seule à mettre en œuvre de (trop ?) nombreux dispositifs d’accompagnement et à en faire la promotion : Saint-Jean-de-la-Ruelle, Olivet, Saran… n’ont pas non plus lésiné sur les communiqués durant le confinement, tout comme les services de la Région Centre-Val de Loire et du Département du Loiret. Les collectivités ont largement essaimé les messages sur lesquels ils voulaient mettre l’accent, à la fois pour informer leurs administrés, mais aussi pour leur montrer qu’elles ne restaient pas les deux pieds dans le même sabot pendant que le virus dévastait les corps et les trésoreries. De la communication politique vieille comme le monde, mais qui a tout de même atteint son acmé en cette période de crise. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire