|
|
|
Au Renard tire sa révérence…
|
|
|
Au Renard tire sa révérence…

Au Renard tire sa révérence…

Depuis 1978, la famille Saraiva créait et confectionnait des vêtements en peau et en fourrure de manière artisanale. C'est l'un des derniers fourreurs français – peut-être même le dernier à tout fabriquer de A à Z en France – qui fermera définitivement ses portes, début 2021.
Gaëla Messerli
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Gilets jaunes, polémique autour de la fourrure et crise liée à la Covid-19 ont poussé la famille Saraiva à fermer boutique. Un choix difficile mais raisonnable pour Manuel Saraiva, le fondateur et gérant de l’enseigne, qui a passé les rênes à ses enfants il y a sept ans mais qui les accompagne dans la fermeture d’Au Renard. « Je veux que l’on puisse payer les fournisseurs, les indemnités de licenciement et l’État !, affirme, droit dans ses bottes, Manuel Saraiva, 75 ans au compteur. Ce n’est pas un métier, mais une maladie dont on ne guérit pas : elle vous emporte et il n’y a pas de vaccin… » Fils de cordonnier, ce Portugais a appris au contact d’entrepreneurs et ne s’est jamais économisé : « j’ai eu des patrons qui m’ont marqué. L’un d’entre eux m’a accompagné chez les tanneurs en disant : « s’il ne paye pas, c’est moi qui payerais ». » 

Ce savoir-faire artisanal et cette volonté ont poussé Manuel Saraiva à s’installer à son compte en 1978 à Choisy-le-Roi, puis à Neuville-aux-Bois, en 1980. « On cherchait à s’agrandir et j’ai acheté cette tannerie, explique-t-il. Au départ, on ne vendait pas au public, mais c’est devenu vite un succès. On a, aujourd’hui, plus de 60 000 clients dans notre fichier ! » D’où la création d’un magasin à Orléans pour ce fourreur qui a réussi à exporter ses créations dans le monde entier, en Italie comme aux États-Unis. « J’ai même accompagné Michel Noir, alors ministre du commerce extérieur, au Japon, en 1986 ! », se rappelle Manuel Saraiva. 

Jusqu’au bout, Au Renard, situé rue Jeanne d’Arc, a fait le choix du made in France et d’une production durable. « Tout est utilisé. Même le vison et la zibeline provenant d’élevages, leur chair est utilisée dans l’alimentation pour les animaux. L’huile de vison sert quant à elle à la pharmacie et à la cosmétique. » D’ailleurs, outre les propriétés thermiques de la peau et de la fourrure connues depuis la nuit des temps, la vraie fourrure serait, selon certaines études, moins polluante que d’autres. « Les tanneries françaises traitent la pollution de leurs effluents. Les éleveurs sont aujourd’hui de véritables vétérinaires ! », dénonce Manuel Saraiva, qui a tout de même eu à nettoyer sa vitrine taguée du nom d’« assassin »… 

Made in Loiret 

Pour l’heure, l’entreprise qui a fait travailler « en moyenne, dans la durée, une trentaine de personnes », liquide ses stocks et assure les dernières commandes en sur-mesure. Son fondateur compte désormais se consacrer à sa famille. « Si jamais, un jour, mon arrière-petit-fils veut faire des sacs, je viendrais l’aider ! », lance tout de même Manuel Saraiva. On ne se refait pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Orléans remonte le temps
L’Orléans Vintage Festival revient vendredi et samedi pour une nouvelle...
Oh, mon beau cimetière !
Si tout le monde a entendu parler du Printemps de...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS