Des aides pour tous les revenus

Lorsque l’on achète un bien dans l’ancien, il est souvent question de travaux d’amélioration thermique. Pour les financer, il existe des aides, et pas uniquement pour les plus modestes. Décryptage.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Lorsque l’on veut améliorer son habitation ou tout simplement faire baisser ses factures en matière d’énergie, il existe des aides quel que soit son revenu. À l’espace Info Énergie du Loiret, on répond et on reçoit gratuitement les particuliers pour donner des conseils et informations sur toutes les questions relatives à l’efficacité énergétique et aux énergies renouvelables. « Nous demandons d’abord à la personne de nous indiquer la date de construction du bien, le secteur, ou si des travaux ont été réalisés… Si c’est un rendez-vous physique, il est intéressant de venir avec des plans et des factures, explique Mylène Boileau, chargée de mission à l’espace Info Énergie 45. Le but est d’identifier le besoin. Parfois, une personne arrive en disant qu’elle veut remplacer sa chaudière âgée de 10 ans et l’on s’aperçoit que la toiture n’est pas isolée. » Néanmoins, la solution pertinente n’est pas la même pour tout le monde, et les conseillers tiennent compte du budget et des travaux déjà effectués. De quoi bien orienter le particulier dans la jungle des aides…

Éco-prêt et certificats 

Que vous soyez fortement imposé ou avec des revenus plus modestes, tout le monde a accès à l’éco-prêt à taux zéro, indique Mylène Boileau. En effet, ce dispositif concerne tous les propriétaires occupants, mais le logement doit être la résidence principale : « cela ne fonctionne plus uniquement par bouquet de travaux mais par postes, afin de réaliser au moins une action efficace en termes d’amélioration de la performance énergétique. Il faut prendre contact avec sa banque qui regarde la solvabilité. Il existe des formulaires type devis (à l’espace Info Énergie 45 ou en ligne) à faire remplir par les artisans qualifiés RGE et un formulaire type facture à fournir. »

À titre d’exemple, sur le site inforenergie-centre.org, il est mentionné, pour une action seule, un plafond de 7 500 € pour des parois vitrées et de 15 000 € pour les autres types de travaux. L’autre aide qui s’adresse à tous consiste dans les certificats d’économie d’énergie distribués par les fournisseurs d’énergie (de Leclerc en passant par Total, tous ont des sites internet dédiés). « Tout le monde y a droit, mais le montant varie selon les revenus, relève Mylène Boileau. Cela passe par Internet, chaque fournisseur a un site dédié où l’on doit renseigner son revenu fiscal de référence et le nombre de personnes du foyer. Il peut aussi y avoir des coups de pouce sur certaines opérations ; c’est une simulation. Ensuite, on fait une demande de devis et une fois les travaux réalisés, il y a des justificatifs à renvoyer, notamment le certificat RGE de l’entreprise qui réalise les travaux. » La prime est versée en euros ou en bons d’achats selon les fournisseurs, dans un délai allant parfois jusqu’à six mois. « Certains professionnels peuvent aussi faire la démarche pour vous et déduire la prime du devis. »

Aides locales et prime

Au niveau local, il existe aussi des aides sous forme de subventions. « Le Département du Loiret et Orléans Métropole abondent les aides de l’Anah (l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) pour les ménages modestes et très modestes afin de réaliser des travaux de lutte contre la précarité énergétique », précise Mylène Boileau. C’est le cas, notamment, dans le cadre d’une opération programmée d’amélioration de l’habitat et du renouvellement urbain du quartier Carmes d’Orléans. Les personnes éligibles aux aides de l’Anah peuvent contacter le Conseil départemental, Orléans Métropole et SOLIHA pour le quartier Carmes. 

« Difficile de réussir à s’orienter dans la jungle des aides… »

Sinon, le crédit d’impôt existe toujours. Enfin, plus exactement, le crédit transition énergétique (CITE) a été transformé en prime pour les ménages modestes*. De plus, une petite révolution arrive, et elle était attendue par de nombreux spécialistes de la rénovation : MaPrimerénov sera étendue à tous les ménages, même les plus aisés. C’est l’une des mesures du plan de relance annoncé par le Gouvernement, le 3 septembre dernier, avec 6,7 milliards qui seront consacrés à la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés. Le détail des barèmes et travaux éligibles devraient être connus d’ici le 1er octobre. Tous les devis signés après cette date devraient pouvoir a priori bénéficier des nouveaux montants d’aide, avait déclaré la ministre Emmanuelle Wargon sur France Info. On ne peut donc que vous conseiller de suivre le détail des annonces gouvernementales sur ce sujet. « Jusqu’à présent, il se passait presque un an lorsque l’on faisait faire des travaux et le bénéfice du crédit d’impôt, souligne Mylène Boileau. Normalement, avec MaPrimerénov, le versement devrait être plus rapide. » À noter que le montant de cette prime devrait néanmoins être plus important pour les revenus les plus modestes. Pour en bénéficier, il faudra également faire appel à des artisans « Reconnus garants de l’environnement », RGE. 

Pour le privé, Action Logement 

Peu de gens le savent, mais Action Logement dispose d’un prêt pour l’amélioration de la performance énergétique, qui permet de bénéficier d’un taux préférentiel pour la réalisation de travaux d’économie d’énergie dans un logement destiné à être utilisé comme résidence principale. Pour en bénéficier, il faut être salarié d’une entreprise du secteur privé non agricole de 10 salariés et plus, et être propriétaire du logement. Action Logement finance le coût des travaux dans la limite de 50 000 €, dont 20 000 € en subvention et 30 000 € maximum en prêt à 1 % hors assurance. Le logement doit cependant être situé en zone B2 ou C, ou en programme Action cœur de ville. Le bénéficiaire doit faire appel à des professionnels RGE et justifier de l’intervention d’un assistant à maîtrise d’ouvrage. La subvention comme le prêt sont également soumis à conditions de ressources. Ces dispositifs peuvent être complémentaires au prêt à taux zéro et méritent d’être connus pour ceux qui veulent se lancer dans la rénovation de leur habitation. λ

* Jusqu’à sa suppression définitive en janvier 2021, le CITE est toutefois prolongé jusqu’au 31 décembre 2020 pour les ménages non-éligibles à la prime.

Plus d’infos
Pour en savoir plus : ADIL-Espace Info Énergie 45 reçoit sur rendez-vous au 1, bis rue Saint-Euverte – Orléans. Tél. : 02 38 62 47 07 / www.adil45.org
www.actionlogement.fr pour les salariés du secteur privé.
À consulter aussi : www.anah.fr
L’espace Info Énergie 45 sera présent sur le salon de l’Habitat d’Orléans, tout comme Action Logement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Le canal d’Orléans change de main
Lors de sa dernière session, le Département du Loiret a...
Covid-19 : le ton se durcit à Orléans
Depuis lundi dernier, les bars orléanais doivent être fermés à...
Debout et unis face au fanatisme
Deux jours après le massacre de Samuel Paty à Conflans...
Événements de la semaine
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
10
Oct
Orléans – Campo Santo
de 11 h à 21 h
10
Oct
Saint-Jean-de-Braye –Théâtre du Clin d’œil.
samedi 17 h, samedi 21 h et dimanche 16 h
ARTICLES RÉCENTS