|
|
|
Favoriser le signalement des auteurs
|
|
|
Favoriser le signalement des auteurs

Favoriser le signalement des auteurs

Signé le 28 janvier dernier, le protocole mis en place entre l'évêché d'Orléans et les parquets d'Orléans et de Montargis est le troisième en France. Un outil qui paraît fonctionner, car deux signalements d’auteurs présumés d’abus sexuels ont déjà été reçus avec ouverture d'enquêtes.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

La signature de protocoles entre les diocèses et les parquets étaient au menu du rapport de la CIASE, mais se trouvait aussi parmi les dernières résolutions adoptées par la Conférence des Évêques de France, le 8 novembre dernier. Sur ce point, le diocèse d’Orléans et les deux parquets du Loiret ont déjà mis en place cette démarche. « J’avais rencontré dès le 17 novembre 2020, sur invitation de l’évêque, une douzaine de prêtres afin de présenter le protocole, mais aussi d’échanger sur le cadre légal, ce qui était susceptible d’être signalé ou pas, revient Emmanuelle Bochenek-Puren, procureure de la République d’Orléans. Lorsqu’il y a une ouverture d’enquête, l’autorité, c’est le procureur de la République. Ce protocole permet une grande réactivité et présente des garanties en termes d’impartialité, de droits de la défense et de recours, mais aussi un accompagnement de la victime avec l’association d’Aide aux Victimes du Loiret ».

Même les faits anciens

Pour la procureure d’Orléans, ce protocole mis en place en début d’année a déjà porté quelques fruits. « Deux signalements ont déjà été reçus avec ouverture d’enquêtes. Celles-ci sont toujours en cours », précise
Emmanuelle Bochenek-Puren, qui insiste sur l’importance de ces signalements, même anciens. En raison de l’allongement des délais de prescription ou de circonstances aggravantes, « nous envoyons en enquête les faits possiblement prescrits, insiste la procureure d’Orléans. C’est à l’instruction, lors d’un examen attentif, que l’on peut dire ou non si les faits sont réellement prescrits. Le début d’une enquête peut parfois amener la découverte d’autres victimes et permettre la tenue d’un procès. C’est une démarche qui a du sens et
qui est utile »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
ARTICLES RÉCENTS