|
|
|
F&C, des sacs made in Olivet 

F&C, des sacs made in Olivet 

Depuis 2018, Christelle Bourgoin et Florence Le Mée fabriquent des sacs à main en cuir et des produits de maroquinerie dans leur atelier d’Olivet, sous la marque F&C. Fabricantes de… masques pendant le premier confinement, elles essayent aujourd’hui de relancer une activité secouée par la crise sanitaire.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Certains ont peut-être découvert leurs visages à travers les clichés de la photographe orléanaise Géraldine Aresteanu consacrés aux femmes qui avaient été en première ligne durant l’épidémie de Covid dans le Loiret. Pendant cette période, Christelle Bourgoin et Florence Le Mée se sont en effet mobilisées pour fabriquer des masques lorsque le territoire en manquait cruellement. Mais leur histoire commune avait commencé avant l’épidémie, quand ces deux amies avaient lancé à Olivet leur entreprise de création de sacs à main en cuir et autres produits de maroquinerie. « L’histoire a commencé avec la fabrication d’un sac comme cadeau de Noël. Celui-ci a connu tout de suite un grand succès et nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire… », racontent aujourd’hui les deux créatrices autodidactes qui ont été, dans une première vie, responsable d’équipe de la FNAC – pour l’une – et salariée d’une agence de communication – pour l’autre – avant d’élever leurs enfants. 

Cette nouvelle aventure entrepreneuriale fut donc, pour elles, en 2018, un vrai changement de vie. « Le cuir est une matière noble qui nous plaît, expliquent-elles. Nous avons suivi une formation à Paris en maroquinerie pour connaître les trucs et astuces afin de bien le travailler. » Pour donner vie à leur projet, les deux amies ont été hébergées pendant 18 mois au sein de la couveuse d’entreprises PES 45, avant de lancer en 2018 leur entreprise à Olivet, la ville où elles habitent. « Nous avons un atelier showroom qui nous permet de recevoir notre clientèle », précisent-elles. Un choix pratique pour la vie de famille, mais aussi financier, puisque le loyer y est plus doux qu’à Orléans.

Changement de cap

Même si elles ont participé à la lutte contre le Covid en confectionnant des masques, les deux créatrices ont souffert des conséquences de la crise. « Nous devons revoir notre business modèle pour assurer la pérennité de notre entreprise. Nous restons toujours dans la maroquinerie, mais nous devons également toucher un autre public et être présentes sur les réseaux sociaux », lâchent Christelle Bourgoin et Florence Le Mée, qui doivent donner un nouvel élan à leur société d’ici la fin du mois. Un constat lucide né d’une réflexion commune avec leur banquier, la BGE, la Chambre de commerce et leurs proches. « À Noël dernier, nous avons été présentes aux Galeries Lafayette et nous y avons observé une évolution de la consommation, détaillent-elles. Les gens venaient en magasin pour un repérage et achetaient sur Internet avec des codes promo. Il y a donc un tournant à prendre. » F&C dispose certes d’un site Internet, mais son référencement doit être amélioré, les deux entrepreneures étant conscientes « de devoir dépasser les frontières du Loiret en termes de clientèle ». Un nouveau challenge s’ouvre donc à ces deux Olivétaines qui proposent aujourd’hui des sacs réalisés de manière artisanale dans des cuirs français, italiens et espagnols et qui les vendent entre 200 et 450 €. Un travail de longue haleine, à quatre mains, qui prend « une journée entière pour un sac… Si l’on n’est pas interrompu ! ». Objectif à court et moyen terme, donc, pour Florence et Christelle : remettre F&C sur les bons rails et arriver, enfin, à se dégager un salaire.

https://f-and-c.fr/
Page Facebook : F&C by Florence & Christelle

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire