|
|
|
La place des motards à Orléans : Motos : attention, dangers ?

La place des motards à Orléans : Motos : attention, dangers ?

À l’occasion du salon de la moto d’Orléans (voir ci-contre), La Tribune Hebdo dresse un état des lieux de la pratique du deux-roues motorisé sur la voie publique. Qu’en est-il de l’accidentologie et de l’évolution des comportements vis-à-vis des motards ? Des gradés de la Police nationale et la Fédération Française des Motards en Colère 45 nous éclairent sur le sujet.
Charly Colin
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Deux chiffres, d’abord : les motos représentent 3 % des véhicules en circulation pour… 24 % des tués. Selon l’Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, le bilan de l’accidentalité 2017 montre que les 18-34 ans sont les plus touchés, avec 43 % des motocyclistes tués. En outre, à l’échelle du Loiret, sur les accidents mortels recensés en 2019, quatre ont impliqué des motards. Des chiffres impressionnants même si, selon les statistiques nationales, l’accidentalité des deux-roues motorisés est en diminution depuis quelques années.

« Des mobiliers souvent
non-conformes »

S’il convient de distinguer les aires urbaines des zones rurales, on note tout de même que l’inattention est souvent la cause principale des accidents impliquant les motards. « La distraction des automobilistes avec le téléphone portable représente une part importante des causes d’accidents impliquant des motards », analyse Franck Clouzet, coordinateur à la FFMC 45. À la Police nationale, le constat est clair : il y aurait un manque d’attention flagrant de la part des automobilistes. « Les motards sont, dans l’ensemble, plus attentifs et disciplinés que les automobilistes, informe le major Rodolphe Regneau, responsable de l’Unité Sécurité Routière à la DDSP45. On note une perception de l’environnement et un comportement différent chez les automobilistes devenus motards par la suite. Ces derniers sont davantage attentifs et communiquent beaucoup avec les autres usagers. »

Un constat également partagé par le brigadier-chef de police Francis Dworak, motocycliste à la Formation Motocycliste Urbaine de la DDSP45, qui estime que « 95 % de la sécurité à moto se joue sur le regard, l’anticipation et la communication ». Néanmoins, d’autres facteurs, comme l’absence d’équipement ou, plus fréquemment, une vitesse excessive et inadaptée, sont à l’origine d’accidents mortels chez les deux-roues motorisés. La qualité du mobilier urbain joue également un rôle primordial quant à la dangerosité de la voie publique. Sur ce point, notre pays a des efforts à fournir, puisqu’il est passé de la 1re place en 2012 à la 18e place l’année dernière au classement mondial de la qualité des routes. « Même si les aménagements sont, en règle générale, mis en place de bonne foi par les maires, ils sont souvent non-conformes et en dehors des recommandations du CEREMA, qui est le centre d’expertise sur les aménagements urbains, pointe Franck Clouzet. Cela représente un danger considérable pour les usagers les plus vulnérables que sont les deux-roues. En tant qu’association indépendante et siégeant au conseil national de sécurité routière, nous demandons de refaire ces aménagements. »

Si, en région Île-de-France, les automobilistes ont été « éduqués » avec les deux-roues, la philosophie est souvent différente en « province ». « Les Parisiens sont globalement plus réactifs que les conducteurs de province dans leur relation avec les deux-roues, constate Francis Dworak. À mon sens, il y a une véritable cohabitation entre les deux types d’usagers, que cela vienne des motards ou des automobilistes. Mais les comportements sont, dans l’ensemble, dans un état d’esprit positif ». Même si le risque à moto est présent, notamment avec l’absence de carrosserie, le nombre de motards sur la voie publique est en nette augmentation depuis plusieurs années, et ces derniers sont davantage considérés et acceptés par les automobilistes. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire