|
|
|
« La transition écologique ? ça ne nous pose aucun problème »

« La transition écologique ? ça ne nous pose aucun problème »

L’entreprise familiale Sully Immobilier multiplie les projets en région Centre-Val de Loire. Plusieurs programmes vont ainsi sortir de terre à Orléans et dans la métropole, dont la résidence Belle Allure, située entre la rue de Châteaudun et le boulevard Saint-Jean. Oriane Le Roy Liberge, directrice régionale de Sully Immobilier, délivre quelques informations sur cette résidence et répond aux commentaires sur la réputation de son groupe.
Laurence Boléat
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Oriane Le Roy Liberge, quel est ce nouveau programme orléanais dont on entend parler, la résidence Belle Allure ?

Il s’agit d’un programme de 96 logements au croisement de la rue de Châteaudun et du Boulevard Saint-Jean. C’est un projet initié depuis deux ans à la suite d’un concours que nous avons gagné. De taille humaine, il va comporter quatre bâtiments, deux sur la rue du faubourg et deux en intérieur d’îlots. Il y aura 25 logements dans chaque immeuble, du T1 au T4, sur quatre niveaux, avec un local commercial de 200 m² côté Saint-Jean, et un nombre suffisant de parkings pour ne pas gêner les riverains. La livraison est prévue en deux tranches, la première fin 2022.

Quelles seront les particularités de cette construction ?

Nous avions conçu une première version très moderne, très contemporaine. Nous l’avons retravaillée avec les Architectes des Bâtiments de France, en concertation avec les riverains, pour revenir à une architecture plus classique, avec des briques en façade. De la rue, cela va donner une impression de plusieurs petites maisons, plutôt que deux gros bâtiments. 

« Nos espaces s’intègrent dans le paysage et vieillissent bien »

Comment avez-vous travaillé en amont du projet ?

Avant le dépôt de permis, nous avons organisé avec la mairie une réunion publique qui a rassemblé une centaine de personnes, pour répondre aux inquiétudes, notamment sur les places de parking, la circulation, la sécurité des piétons… Nous avons aussi rencontré individuellement tous les voisins immédiats pour échanger en termes de délais, de craintes. Nous avons été très présents, et nous le serons jusqu’à la fin.

Pouvez-vous apporter des précisions sur l’aménagement ?

L’idée est d’éviter la voiture au cœur de l’îlot pour conserver un espace piéton près des jardins privatifs et du jardin commun. Les véhicules rentreront directement depuis la rue dans le parking en sous-sol. Il y aura bien une voie pompiers, mais qui sera rarement utilisée. Entre le bâtiment A et B, sous le porche, nous allons faire appel à un artiste pour animer l’espace, de façon à rentrer dans quelque chose de très qualitatif.

Sur quel niveau de gamme vous situez-vous ?

Nous sommes dans un beau quartier, bien situé à Orléans. Nos prestations répondent à la population ciblée avec un prix au m² entre 3 400 et 4 000 €. Il y aura de très beaux logements en duplex au dernier étage, qui seront magnifiques, et un espace extérieur pour chaque logement. Les cages d’escalier seront éclairées naturellement, pour inciter les habitants à prendre moins l’ascenseur… Il y aura beaucoup d’arbres, si possible aussi fruitiers. Notre démarche est de concevoir un îlot de fraîcheur. On dit souvent que les promoteurs bitument et détruisent la nature, nous faisons l’inverse. Nous multiplions les espaces extérieurs et concevons des logements bien pensés, qui s’intègrent dans le paysage et vieillissent bien. Et bien évidemment, niveau consommation énergétique, le programme répond aux normes RT 2012.

Quels sont les autres projets que vous allez piloter ?

Ils sont nombreux. Un programme rue de l’Aqueduc, un autre près du pont de l’Europe sur l’ancien site Renault, des projets tout autours d’Orléans, mais aussi à Tours et ses alentours. D’ailleurs, nous recrutons sur tous les métiers, dans toutes nos directions régionales.

« Le sanitas ? c’est un choix politique… »

Le changement de municipalité à Orléans a-t-il eu une influence sur l’activité de Sully Immobilier ?

Oui : on m’a « gentiment » demandé de retirer un permis concernant 60 logements au Sanitas. C’est un choix politique et c’est dommage, car il s’agissait d’un beau projet urbain, architectural et écologique, qui a nécessité deux ans de travail… Mais les riverains n’en n’ont pas voulu. 

La question qui fâche : votre groupe recueille pas mal d’avis négatifs sur Google, comment gérez-vous votre e-réputation ?

Vous avez raison de le souligner. C’est pour cela que nous sommes passés sur Immodvisor, sur lequel nous avons une note de 4,2/5. Chez eux, les clients notent l’entreprise à la réservation, au milieu du chantier, et à la fin, au moment de la livraison. Mais nous avons une telle réputation de sérieux et de confiance, que nous fonctionnons beaucoup par bouche-à-oreille. Mais dans toute résidence, il y aura toujours quelqu’un de fâché qui se cachera derrière Internet…

Au fait, l’avenir, c’est la transition écologique. Comment allez-vous vous y adapter ?

Aucun problème. Nous avons toujours été écologiques, avec entre autres l’utilisation de matériaux qualitatifs, une isolation correcte de nos logements, les énergies renouvelables…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire