|
|
|
Maryvonne Hautin, maire de Saran : « Nous voulons rester une ville à taille humaine »
|
|
|
Maryvonne Hautin, maire de Saran : « Nous voulons rester une ville à taille humaine »

Maryvonne Hautin, maire de Saran : « Nous voulons rester une ville à taille humaine »

Gaëla Messerli
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

De gros projets sont en cours à Saran, dont certains sont d’ailleurs visibles aux abords d’Oréliance…

Nous avons effectivement plusieurs grands projets en cours : il y a d’abord Les Portes du Loiret, 87 hectares qui n’étaient pas urbanisés depuis des années. Le Département n’avait pas dans l’esprit de faire quelque chose, nous avons donc engagé une discussion avec Marc Gaudet à son arrivée à la présidence. Cette opération nous a permis de relier le nord de la commune avec le sud. Une voirie avait d’ailleurs été construite sous l’ancienne mandature. Il ne s’agit pas seulement de projets d’habitations, il y aura le regroupement de GDF, d’une clinique vétérinaire… On y fera de l’économie, ce ne sera pas une zone d’entreposage ! Pour ce qui est de l’habitat, il n’y aura pas plus que 20 % de logements sociaux, ce sera diversifié. C’est un projet dans le temps.

Et pour la zone de La Chatonnerie ?

Nous l’aménageons également, avec une mixité au niveau de l’habitat, 20 % de locatif et notamment des logements pour personnes handicapées. À l’origine, il s’agissait d’une friche. J’avais d’ailleurs intenté une action à l’encontre de ses propriétaires avec une procédure de péril en la demeure.

Il y a également la création du groupe scolaire Les Parrières…

L’opération est lancée : nous devrions déposer le permis de construire dans peu de temps. C’est quelque chose dont nous parlions depuis plusieurs années. Nous avons fait une étude démographique. La typologie des nouveaux logements construits est composée plutôt de T2, T3 et T4. Il ne s’agit pas de tours avec 15 étages. Il y a aussi des parcelles sur l’ex-aérodrome. J’insiste sur le fait que nous ne deviendrons pas la deuxième commune de la métropole orléanaise en nombre d’habitants. Nous voulons rester à taille humaine, même s’il y a un besoin. Pour en revenir aux Parrières, il y aura donc douze classes : quatre classes de maternelle, six classes de primaire et deux classes intermédiaires. Ce sera évolutif.

« Complémentaire à Cap Saran »

Qu’en est-il des changements au niveau du bourg de Saran ?

À mon arrivée en tant que maire, j’ai hérité de ce dossier de la rénovation du bourg. La première phase arrive à son terme, les commerces vont être transférés. La voirie du bourg est intercommunale, elle est donc à l’étude. Nous n’avons pas la maîtrise sur tout et je suis contrainte de signer certains permis de construire… Mais nous essayons de travailler avec les opérateurs en amont. Il y a un gros travail d’aménagement de la place à faire, il faut réorganiser un vrai centre-ville qui soit complémentaire à Cap Saran. Nous espérons même un petit supermarché, même si nous avons déjà un marché qui marche très bien.

Est-il encore possible de construire à Saran ?

Globalement, à Saran, tous les terrains sont prisés, et nous réfléchissons au devenir de la ville. Il y a le Clos vert, une ZAP à l’ouest. J’ai mis quatre ans pour protéger ces 115 hectares. Au niveau du PLUM, nous avons été durs sur la construction.

Que va devenir le site de Quelle ?

Je ne voulais pas avoir n’importe quoi. La Métropole a acquis le site et le revend 8 millions d’euros HT, ce n’est pas une mauvaise opération. Ils n’ont pas perdu d’argent et pourraient d’ailleurs en profiter pour nous refaire la RD 2020… Plus concrètement, nous avons déjà délivré un permis de construire. La résidence seniors sera construite en premier, c’est finalement le dernier projet qui aboutit. Le bâtiment emblématique sera coupé en deux, dans le sens de la largeur. Il y aura des activités économiques en bas et des maisons sur le toit. Je suis d’ailleurs montée dessus : c’est assez magique car on ne voit que la verdure. En ce qui concerne les parkings, ils seront mutualisés, mais il faut voir comment ça vivra. Et nous aurons peut-être un transport en site propre…

Transports : toujours trop « loin » d’Orléans

Vous pensez à une troisième ligne de tram ?

Pas forcément, car un tram coûte cher. Mais la voie de chemin de fer n’est pas loin : l’étoile ferroviaire n’est pas une idée idiote. Plusieurs voies ont déjà été conçues pour pouvoir accueillir un transport en site propre, comme l’avenue Jacqueline-Auriol et la rue Ambroise-Croizat. En tout cas, j’espère toujours. Tout cela est fonction de la Métropole, dont les finances, vous le savez, ne sont pas bonnes. Et demain, je ne pense pas que cela ira mieux…

Justement au niveau des transports, que pensez-vous du nouveau réseau et de l’offre de Transport à la Demande développée par la Métropole ?

Je l’ai dit au dernier conseil métropolitain : il n’y a eu aucun respect des engagements pris au niveau de la tarification sociale. Nous nous étions pourtant engagés à l’étudier ! J’ai ensuite un problème avec la ligne de bus qui emmène les élèves à Ingré : il manque des places, et ce sont au final les parents qui sont obligés de les transporter. Le Transport à la Demande peut être intéressant à l’ouest, mais il ne résout pas le problème : il faut 55 minutes pour rejoindre Orléans, ce qui est beaucoup trop. Si CO’Met et les mails avaient été retirés, il y aurait peut-être eu le financement pour des bus gratuits… La question d’un transport en site propre reste à étudier. Je vous rappelle que la Délégation de Service Public à Keolis se termine en 2024.

Plus largement, quel regard portez-vous sur la Métropole et sa nouvelle gouvernance ?

Il aurait fallu assumer les mauvais choix et se poser pour réfléchir aux projets de la mandature. Avec le nouveau duo composé par Serge Grouard et Matthieu Schlesinger, il n’y a pas plus de fluidité qu’avant, mais surtout pas plus de discussion. Nous avons perdu un an et demi et nous avons changé de braquet. C’est leur choix, mais j’aimerais que les élus assument : des projets comme CO’Met, ils les ont tous votés, et c’est ce qui fait que les finances sont exsangues. Moi, je n’ai jamais voté pour CO’Met. Est-ce que la population d’Orléans et de la métropole avait vraiment besoin d’une structure de 10 000 places ? D’ailleurs, on s’est servi des équipes sportives pour prendre cette compétence et maintenant, on les lâche ! Dans notre cas, le Saran Handball est là, on les soutient mais je ne gère pas à la place des autres. C’est valable pour toutes les équipes. Aujourd’hui, Serge Grouard veut reprendre son jouet OLB, mais on ne s’est pas posé la question des besoins sportifs. Pourtant, il y a des pépites…

« Ils ont fait d’autres choix… »

Vous évoquez la voirie. Le poisson d’avril de Saran s’est fait remarquer en annonçant des péages à l’entrée des rues pour financer leur rénovation !

Nous voulions aborder ce sujet sérieux pour le 1er avril, car nous sommes constamment interpellés à Saran, en tant qu’élus, sur le manque de médecins mais aussi concernant le mauvais état de la voirie, sur des rues comme l’ancienne Route de Chartres, la rue du Bourg, la rue Passe-Debout… Ce sont des voies structurantes, qui ne sont pas uniquement empruntées par des Saranais ! Il s’agissait au départ de voiries qui appartenaient au Département. Lorsqu’elles ont été transférées à la Métropole, il y a eu constat de leur mauvais état et une soulte a été versée. Mais la Métropole a récemment fait d’autre choix, comme la requalification des « mails » d’Orléans…

Pour terminer, pensez-vous déjà à votre après-mandat ?

Oui, j’ai 70 ans. Je travaille avec une équipe, plus que ne le faisait l’ancien maire… Cela continuera donc, mais sans moi ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Orléans remonte le temps
L’Orléans Vintage Festival revient vendredi et samedi pour une nouvelle...
Oh, mon beau cimetière !
Si tout le monde a entendu parler du Printemps de...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS