|
|
|
Nathalie Kerrien à l’offensive
|
|
|
Nathalie Kerrien à l’offensive

Nathalie Kerrien à l’offensive

La chef de file de la liste sans étiquette « Nous, elle, Orléans » a présenté lundi une dizaine de nouveaux noms qui l’accompagneront, ainsi que plusieurs pistes programmatiques. Entre les lignes, Nathalie Kerrien tend à s’afficher comme la candidate de ceux qu’on n’entend pas toujours…
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Alors qu’elle s’agace parfois, en privé, de ne pas assez recueillir l’attention des médias, Nathalie Kerrien a voulu leur donner du grain à moudre en présentant les nouveaux visages de sa liste, comme ceux du photographe David Templier, de l’artiste peintre Philippe Guesdon ou encore du consultant en finances Benoît Turbat, qui n’est autre que… l’arrière-petit-fils de l’ancien maire d’Orléans, Eugène Turbat. « Nous amenons de nouveaux visages », a résumé Nathalie Kerrien, qui a affirmé avoir réuni ses 55 noms. « Reste à construire la liste », a cependant nuancé la candidate. Offensive, celle-ci a gentiment cartonné Olivier Carré et Jihan Chelly, référente départementale de LaREM, en leur imputant la petite musique disant qu’elle ne serait qu’un « sous-marin » de Serge Grouard. Évidemment, Nathalie Kerrien a démenti avec force, et elle en est publiquement convaincue : elle peut créer la surprise au soir du
premier tour. 

S’installer dans les quartiers

Lundi, l’équipe de Nathalie Kerrien avait aussi des choses à exprimer sur le fond. Notamment en termes de mobilités, avec la volonté « d’assurer un service public toute la nuit en fin de semaine pour un retour chez soi en sécurité », ou de « remettre à plat les tarifs du tram ou du bus », sans pour autant énoncer une gratuité partielle. Côté culture et événementiel, la liste envisage de « repenser les contours des fêtes johanniques », mais « sans les dénaturer », histoire de ne pas non plus défriser quelques esprits peut-être moins ouverts sur la question. Faire défiler Jeanne d’Arc à La Source est, par exemple, une possibilité. .
Sur l’éventualité du retour d’un unique festival de jazz, supprimé par Serge Grouard maire en 2015, mais souhaité par Serge Grouard candidat en 2019, Nathalie Kerrien répond : « j’ai plus envie de regarder le futur que le passé. Laissons les professionnels réfléchir. Mais plutôt que d’amener un gros truc avec un gros budget (sic), pourquoi ne pas diversifier et essaimer les événements ? »

Élargir l’accueil des enfants dans les écoles jusqu’à 18h30, rendre gratuit le Parc floral ou ouvrier un tiers-lieu font partie des autres idées, parmi d’autres, avancées par la candidate. Avec deux fils rouges qui continuent également de se dessiner : représenter les femmes dans la campagne et les aider ensuite à mieux vivre la ville, mais aussi promouvoir les demandes des habitants des « quartiers », où Nathalie Kerrien semble chercher à mobiliser un électorat habituellement peu enclin au vote. Enfin, on ne pourrait terminer la synthèse de cette présentation sans évoquer la sortie de Laurent Lhomme, l’ancien président de l’OLB, qui a plaidé avec verve pour que « le sport pro ne soit plus géré par la mairie ». Lâchant ce qu’il avait visiblement sur le coeur depuis plusieurs mois, il a notamment étrillé la « communication bling bling du sport à Orléans ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...