PARI réussi !

Que deviennent, une fois leur majorité atteinte, les jeunes passés par les services de l’Aide Sociale à l’Enfance du Département du Loiret ou les mineurs non-accompagnés ? Depuis juillet dernier, la collectivité a lancé PARI, un dispositif qui a pour but de prolonger l’accompagnement de ces derniers et de leur offrir les conditions nécessaires à leur inclusion sociale et professionnelle. 
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Pour accompagner les sortants de l’Aide Sociale à l’Enfance – mais aussi les mineurs isolés – à leur majorité, le Département a lancé PARI (Parcours Autonomie Réussite Insertion), un dispositif pour soutenir les jeunes motivés dans leur insertion. Cet accompagnement se fait sous la forme d’une bourse (450 € maximum et 750 € pour un jeune handicapé), d’un hébergement et, surtout, d’un référent. Une sorte de « contrat » est ainsi établi entre le jeune et le Département, adapté à ses besoins pour une durée d’un an renouvelable au maximum.

178 jeunes ont été intégrés au dispositif en septembre dernier, dont 151 mineurs isolés et 27 sortants de l’Aide Sociale à l’Enfance. Pour accéder à cet accompagnement, un dossier doit être adressé à la direction « insertion » du Département.

Une politique de  solidarité qui semble fonctionner

Mercredi dernier, Marc Gaudet, président du Conseil départemental, et Gérard Dupaty, président de la commission « Logement Insertion », faisaient un point d’étape avec quelques jeunes bénéficiaires. Roberto, 19 ans, engagé au service des Espaces Verts de l’université d’Orléans, est l’un d’eux. Ce jeune homme a grandi à Boigny-sur-Bionne et a été placé en famille d’accueil dès l’âge de 4 mois. Victime de maltraitance dans sa petite enfance, il commente : « ma famille d’accueil a bien fait son travail, car on leur avait dit que mon jumeau, comme moi-même, devions avoir de lourdes séquelles. » Formé encore au sein de l’école de la Mouillère au BPIV, il devrait bénéficier de l’aide de PARI pendant un an. « Le temps de sa titularisation », indique son référent. Le chemin semble déjà bien engagé, car les responsables de Roberto à l’université sont satisfaits. Celui-ci est d’ailleurs déjà autonome, car il a son propre logement. « Mon frère est handicapé, raconte-t-il. Lui aussi bénéficie du PARI et est en recherche d’emploi. Il est également formé à l’aménagement paysager. »

Autre bénéficiaire de PARI : Moussa, 19 ans, ancien mineur isolé, arrivé à Orléans à l’âge de 15 ans en provenance de Guinée-Conakry. Le jeune homme, formé au lycée Dolto, à Olivet, a décroché son CAP cuisine en juin et travaille dans un restaurant, rue de Bourgogne. « J’ai déposé pleins de CV… », explique-t-il, lui qui vit aujourd’hui en colocation avec un autre bénéficiaire de PARI et prépare son examen du Code de la route. Ce passionné de football, qui joue au FCO à Saint-Jean-de-la-Ruelle, témoigne de l’aide « apportée également par des associations dans ses démarches administratives » en parallèle de PARI.

Au-delà de ces témoignages marquants, PARI est, selon le Département, un dispositif qui marche, car 47 % des jeunes suivis poursuivent leur scolarité, 30 % sont en formation, 10 % en recherche d’emploi et 10 % déjà en activité. Parmi les 27 jeunes sortis du dispositif aujourd’hui, près de 80 % ont un emploi et un logement. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Comment se faire vacciner, à partir de lundi, dans l’Orléanais ?
Où ? Après les personnes résidant dans les Ehpad et les...
Théo Ceccaldi : Constant type
Avec Constantine, le violoniste et jazzman orléanais a sorti avec...
PARI réussi !
Que deviennent, une fois leur majorité atteinte, les jeunes passés...
Événements de la semaine
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
10
Oct
Orléans – Campo Santo
de 11 h à 21 h
10
Oct
Saint-Jean-de-Braye –Théâtre du Clin d’œil.
samedi 17 h, samedi 21 h et dimanche 16 h
ARTICLES RÉCENTS