|
|
|
Profs : pas de pénurie dans l’académie

Profs : pas de pénurie dans l’académie

Un peu plus de 440 000 élèves (234 000 dans le premier degré et 207 000 dans le second) font cette semaine leur rentrée dans l’académie d’Orléans-Tours. Nouveau recteur, Alain Ayong Le Kama disperse les craintes des parents concernant l’appel aux professeurs contractuels, expliquant qu’ils ne représentent qu’une petite part des effectifs. « Une question médiatique et marginale », dit-il.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

C’est cette semaine l’heure de la rentrée pour les 130 000 écoliers du Loiret. Une rentrée principalement marquée par l’inquiétude des parents concernant le recours aux contractuels embauchés pour pallier le déficit de profs titulaires. Mardi, le nouveau recteur d’Académie, Alain Ayong Le Kama, a voulu dédramatiser cette question, assurant même que cette année, le rectorat avait fait appel à moins de contractuels que les années précédentes ! « Les contractuels représentent 3 % de nos effectifs, et la majorité d’entre eux sont des contractuels renouvelés, dont la plupart sont en CDI, a-t-il souligné. Sincèrement, on n’aura pas de grosses difficultés, ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en aura pas. » Car si certains départements de l’académie semblent un peu plus en difficulté que d’autres (Indre et Eure-et-Loir notamment), c’est surtout dans des matières spécifiques que le manque de profs se ferait sentir, particulièrement pour enseigner la Techno et l’Économie-gestion. « Dans ce cas-là, on fait appel à Pôle Emploi et on essaye, entre recteurs, de voir si on ne peut pas mettre en œuvre des mouvements spécifiques », détaille Alain Ayong Le Kama, indiquant que l’Éducation nationale avait aussi fait appel aux listes complémentaires des concours. Pour lui, la revalorisation promise aux professeurs par le chef de l’État – pas un prof en dessous de 2 000 €/mois net, ndlr – devrait rendre plus attractif le métier dans les années à venir, de même que le concours exceptionnel ouvert aux contractuels au printemps prochain permettra peut-être de renflouer les effectifs et éviter ainsi aux médias de s’affoler pour rien, comme semble le penser le nouveau recteur…

Plus de sport

La rentrée 2022 est aussi marquée par quelques nouveautés. Cette année, le message du ministère est le suivant : le collège, « parent pauvre des réformes précédentes », sera désormais au centre des préoccupations. On y apprendra évidemment les fondamentaux, rassure-t-on au rectorat, mais le collège devra aussi permettre aux élèves de construire (plus tôt) leur choix d’orientation en ayant davantage d’informations en main. Des demi-journées « découverte » seront ainsi organisées régulièrement à partir de la 5e, de façon à ce que les élèves aient aussi plus vite une idée plus précise des métiers qui recrutent près de chez eux… « Je ne suis pas sûr que les collégiens savent aujourd’hui les secteurs d’activité dynamique dans leurs régions, explique Alain Ayong Le Kama. L’idée est aussi de créer des vocations sur des métiers auxquels les jeunes ne pensent même pas. » Il s’agit aussi de mieux habiller la voie professionnelle pour qu’elle n’apparaisse pas (plus ?) comme une voie de garage. Le collège sera également l’endroit où le sport va être poussé, à raison de deux heures hebdomadaires supplémentaires cette semaine en plus des deux heures d’EPS réglementaires. Cette mesure aux contours un peu flous (qui, quand, comment ?) va visiblement prendre du temps à se mettre en place, puisque aucun collège de l’académie ne la présentera lors cette rentrée. Signalons qu’en primaire également, les profs devront proposer 30 minutes d’activité physique par jour à leurs élèves. « Il ne s’agira pas de rogner sur le temps d’autres disciplines, mais de se réorganiser », affirme Alain Ayong Le Kama. Pour les instits aussi, ça va être du sport.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire