|
|
|
Se reconstruire Après l’enfer
|
|
|
Se reconstruire Après l’enfer

Se reconstruire Après l’enfer

En dédicaces début octobre dans le Loiret, Marie-Laure Cosson a écrit un livre baptisé Il n'a pas lâché, qui relate l'histoire de son fils, victime de harcèlement scolaire dès l'école primaire. Un témoignage d'espoir pour les familles et les enfants victimes
G.M
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Marie-Laure Cosson.

Marie-Laure Cosson a choisi de prendre la plume pour raconter l’histoire de son fils, victime de harcèlement scolaire à l’école primaire. « C’est une souffrance, commence-t-elle d’emblée. On ne peut pas combler la faille, mais aujourd’hui, mon fils est heureux, car il est allé au bout de son rêve : il est entré dans la Marine nationale. Depuis l’âge de deux ans et demi, il souhaitait devenir marin, comme son grand-père. » Sa mère lui a demandé l’autorisation avant de publier ce témoignage, bien que les noms aient été changés. « Mon fils a le livre bien en évidence dans sa bibliothèque, mais il ne souhaite pas le lire. Il est par contre fier de moi comme moi, je suis fière de lui », indique Marie-Laure Cosson.  

Aujourd’hui, à travers ce récit, cette mère de famille a décidé de relater un parcours scolaire loin d’être simple. « Mon fils est précoce, il a appris à lire et écrire tout seul, explique-t-elle. Il comprend vite, donc il s’est fait des ennemis… ». L’enfant s’est ainsi fait remarquer en classe. « On a dû prouver que ce n’était pas un imbécile. Il s’est quand même fait tester deux fois au niveau du Q.I., et on m’a dit qu’il était fou ! » 

En tant que parents, c’est le changement de comportement de leur enfant qui, à l’époque, a alerté cette mère de famille et son époux. Un signe qui doit vraiment alerter les parents, insiste l’auteure. « On n’a pas voulu porter plainte, car on ne voulait pas détruire la famille de l’enfant qui harcelait mon fils. Mais nous avons demandé des excuses… À l’époque, les enfants précoces n’étaient pas pris en compte et il ne fallait pas faire de vagues. C’était tabou. »

L’espoir est permis 

Pour atteindre son rêve, son fils a cheminé en écrivant dès l’âge de 13 ans au bureau de la Marine nationale et en effectuant une préparation militaire. « C’est un travail de longue haleine. Il a montré sa détermination », rappelle sa maman. Avec son livre, Marie-Laure Cosson veut s’adresser aux enfants victimes et à leur famille en leur montrant qu’il est possible de construire sa vie au-delà de cette blessure : « Mon fils n’a rien lâché. Alors, ayez espoir ! »

  d’infos
Marie-Laure Cosson, Il n’a pas lâché, The book éditions, 17,63 €.
Séance de dédicaces le samedi 2 octobre 2021 à la Médiathèque de Patay

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Orléans remonte le temps
L’Orléans Vintage Festival revient vendredi et samedi pour une nouvelle...
Oh, mon beau cimetière !
Si tout le monde a entendu parler du Printemps de...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS