Un clic, un job !

La plateforme Jobaviz s’associe avec la Région Centre-Val de Loire pour mettre en lien les étudiants et les employeurs du territoire.
C.S
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

L’été est une période charnière pour certains des 17 000 étudiants du Centre-Val de Loire : décrocheront-ils un job d’été pour mettre du beurre dans les épinards pendant l’année universitaire suivante ? Voire retrouveront-ils un emploi étudiant à partir du mois de septembre pour suivre tout bonnement leurs études ? 50 % des étudiants travaillent soit l’été, soit le soir en semaine ou le week-end. « Pendant le confinement, beaucoup ont connu des situations précaires, souligne-t-on à la fédération des associations étudiantes ÔCampus, à Orléans. Il est difficile de se projeter pour avoir des économies l’an prochain. »

Aujourd’hui, malgré la reprise de l’activité économique, les offres restent timides. En France, la plateforme Jobaviz, soutenu par le CNOUS, les regroupe, mais trop peu de jeunes la connaissent et la consultent. Celle-ci a ainsi décidé de se régionaliser pour la première fois : depuis le début du mois de juin, la Région Centre-Val de Loire y finance sa propre page. « Nous voulons éviter le décrochage entre les années d’études, explique Anne Besnier, vice-présidente de la Région déléguée à l’enseignement supérieur. Il s’agit aussi de lutter contre le renoncement aux études supérieures à cause des moyens financiers. »

Un potentiel de 2 000 employeurs

Plus de 480 annonces d’entreprises et de particuliers y sont déjà recensées dans plus de 80 communes de la région, dont une grande majorité (468) en CDD. Gardes d’enfants à Orléans, ventes de fruits et légumes, travaux agricoles et horticoles, animations culturelles… Pour l’heure, peu d’offres en restauration ont été publiées malgré la période estivale. Mais, chaque semaine, de nouvelles annonces paraissent. Sous 48 heures, les modérateurs de Jobaviz veillent à la compatibilité des offres avec les études : « il vaut mieux ne pas dépasser 15h de travail par semaine afin de suivre correctement les cours », précise Dominique Marchand, la directrice du CNOUS. Les employeurs doivent notamment indiquer le nombre d’heures proposées ainsi que les créneaux journaliers afin de « matcher » plus facilement avec les étudiants candidats potentiels. Eux doivent définir les horaires où ils peuvent travailler sans empiéter sur leurs heures de cours. En Centre-Val de Loire, on estime qu’il existe « 2 000 employeurs » potentiels pour des emplois étudiants.

Plus d’infos
centrevaldeloire.jobaviz.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans Métropole : Christophe Chaillou (PS) élu au prix d’un « consensus » avec Serge Grouard
Jeudi soir, Christophe Chaillou, le maire PS de Saint-Jean-de-la-Ruelle, a...
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...