|
|
|
Une formation « drones » à la fac !

Une formation « drones » à la fac !

Unique en région Centre-Val de Loire, un nouveau diplôme universitaire (DU) autour de la micro-aviation sera mis en place à l’Université d’Orléans le 26 janvier 2021. Pour le responsable de cette nouvelle formation, les entreprises vont être de plus en plus nombreuses à recourir à l’usage de drones et donc de professionnels à même de les utiliser.
Hugo De Tullio
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Il en existe très peu en France, et même aucun dans la région, alors l’Université d’Orléans a décidé de lancer un nouveau diplôme autour des drones, ces engins volants autonomes ou commandés à distance. Intitulé « Drone DTP », pour « Droit Technologies Pilotage », ce diplôme doit être effectif dès janvier prochain, mais en raison de la crise sanitaire, il est possible que la date d’ouverture soit décalée à la mi-février. 

Ce DU se fera sur un semestre et sera « rapidement valorisable », assure Patrick Dreano, responsable de la formation. Celle-ci est destinée à des personnes en reconversion qui sont déjà dans le milieu professionnel, ou à des étudiants ayant un niveau BAC+2, voire plus, et qui souhaitent se spécialiser dans ce domaine. Le DU peut également concerner les personnes déjà implantées dans le milieu du drone, mais qui n’ont pas forcément toutes les compétences dans cette discipline. Le programme est notamment piloté par des enseignants universitaires issus notamment de l’IUT et de Polytech. Concrètement, cinq unités d’enseignements vont être proposées pour valider ce semestre d’un niveau Bac+3. Il va s’agir du droit et de la réglementation, « car le cadre législatif est en constante évolution », analyse Patrick Dreano. Un versant mécanique et électronique est aussi prévu, afin de savoir utiliser des capteurs et programmer des cartes électroniques. Des connaissances générales sur la mécanique de vol, la motorisation et la propulsion devront également être acquises. Par ailleurs, une partie « projet » sera mise en place et dépendra des profils et des vœux de chaque candidature, en fonction de ses attentes. Cela peut concerner la conception, la fabrication ou l’imagerie. Enfin, un enseignement spécifique au pilotage est prévu en trois phases : en simulation sur un ordinateur, dans un gymnase, et sur un terrain fédéral pour lequel le club d’aéromodélisme d’Orléans a signé un accord de principe. 

Pour quels débouchés ?

Le responsable de la formation en est persuadé : « le secteur des drones est en très forte croissance, en particulier dans le domaine de l’agriculture et des travaux publics ». Pour donner une idée, le petit engin volant permet de récupérer, traiter et exploiter des quantités de données importantes « en très peu de temps », ce qui entraîne « une réduction importante des coûts pour les entreprises ». Par exemple, il peut repérer les fragilités et les fissures d’une structure, analyser l’état des ouvrages d’art comme des ponts ou des pylônes, ou encore effectuer des relevés topographiques et des modélisations 3D d’un ouvrage existant en vue d’une rénovation. Les secteurs de la sécurité (incendies de forêts, catastrophes naturelles, surveillance du trafic), mais aussi de l’information, du transport médical, de la livraison et des médias font aussi partie des débouchés possibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire