|
|
|
Zefal fait la course en tête
|
|
|
Zefal fait la course en tête

Zefal fait la course en tête

Spécialisée dans la production d’accessoires de vélos (pompes, garde-boues, bidons, sonnettes, rétroviseurs…), l’entreprise Zefal, à Jargeau, a réalisé, l’an dernier, plus de 14 M€ de chiffre d’affaires. Les confinements lui ont indéniablement profité, de même qu’un retour en grâce de la bicyclette durant les dernières années
Benjamin vasset
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Zefal fait la course en tête

Il y a quelque chose de fascinant à se laisser guider au gré des chaînes de montage, à observer ces énormes machines transformer le métal et le plastique et donner naissance à ces produits que tout cycliste un poil pratiquant a un jour utilisé. Tous ces accessoires (pompes, garde-boues, huiles…), sont élaborés ici, dans le Loiret, dans les locaux de l’entreprise Zefal. Zefal, une marque historique dont l’origine remonte à la fin du XIXe siècle et qui continue depuis de « faciliter la vie » à des millions d’usagers de la Petite Reine à travers le monde. 

Matthieu et Aurélien Brunet, deux frères, sont la cinquième génération à présider la destinée de cette entreprise, venue définitivement s’installer à Jargeau à la fin des années 80. Cinquante ans plus tôt, en 1938, Zefal avait posé son premier pied dans le Loiret pour y implanter son usine de fabrication. « C’est à la fois une chance, une responsabilité et beaucoup de fierté de poursuivre le boulot », explique sobrement Aurélien Brunet, co-dirigeant d’une boîte qui a réalisé, l’an dernier, plus de 14 M€ de chiffre d’affaires. Plus que le chiffre brut, c’est la progression de l’activité (+25 % en 2020, +30 % espérés en 2021) qui fait écarquiller les yeux, alors que le monde s’est enfoncé l’an dernier dans une crise économique à l’issue bien incertaine. Sauf que, depuis mars 2020, beaucoup se sont rappelés que le vélo restait une mobilité douce et apaisée, voire apaisante. Visiblement, la tendance ne semble pas en fin de cycle, à en croire les efforts faits par les pouvoirs publics pour accélérer la pratique de l’engin dans l’espace public. De même, les flottes d’entreprise seraient elles aussi en plein essor. « Mais notre vocation première, chez Zefal, ce sont les particuliers, qui recherchent des accessoires disons moyen-haut de gamme », rappelle Aurélien Brunet. 

Des vélos et des Hommes

Connue dans le monde entier, Zefal exporte 70 % de sa production, dont plus de la moitié en Europe (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne principalement). Si l’entreprise a bien pris l’échappée depuis quelques années, elle doit toutefois se méfier des coups de bordure qui soufflent justement sur le commerce international. Depuis le début de l’année, l’entreprise subit ainsi une pénurie de matières premières, conséquence d’une activité mondiale qui a redémarré délicatement. Et parce que Zefal a internalisé de nombreuses étapes dans son processus de fabrication (deux tiers de sa production est fabriquée dans le Loiret), elle a, logiquement, été assez lourdement impactée par ces difficultés extérieures. 

Fleuron de l’industrie made in Loiret, la société a toutefois choisi de relocaliser, il y a cinq ans, la fabrication de ses pompes à pied. Zefal, porte-étendard du made in France ? « Sur ce sujet, nous ne sommes pas des idéologues, nuance Aurélien Brunet. Mais si nous pouvons fabriquer en France… Il ne faut pas se mentir, c’est aussi une question d’image ». La preuve : plusieurs des produits Zefal vendus dans le commerce portent un liseret bleu-blanc-rouge. Plus largement, l’entreprise est peut-être aussi le symbole d’une industrie française du cycle qui a vu nombre de ses acteurs être souvent ramassés, ces dernières années, par la voiture-balai. En attendant, plus de 110 personnes, ouvriers, ingénieurs, logisticiens, administratifs… travaillent sur le site de Jargeau. Parmi eux, Roland Ducasse, le directeur industriel, plus de 30 ans de boîte derrière lui, qui voit la retraite se profiler. Il pourrait parler des heures de ses gars (et de ses femmes) qui triment sur et en dehors des lourdes machines s’ébrouant dans les entrepôts. 1 500 bidons fabriqués par heure ? Pour Roland Ducasse, ce chiffre, parmi d’autres, veut dire quelque chose : il continue de graver le savoir-faire de Zefal dans le temps long. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Le Vacci’Drive de Fleury revoit sa copie, le Pass Sanitaire s’installe dans la métropole
Pris d’assaut depuis les annonces d’Emmanuel Macron en début de...
Les Chaises changent de visage
Une page se tourne aux Chaises. Avec, pour Valloire Habitat, propriétaire de...
Pascal Giry Vivre et courir
Depuis ses deux ans, cet électricien vit à Fleury-les-Aubrais et...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS