|
|
|
Flinguer ou être flingué

Flinguer ou être flingué

Benjamin Vasset, rédacteur en chef
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Le nouveau psychodrame qui s’est déroulé la semaine dernière au conseil métropolitain nous incite à songer une énième fois à cette question : pour arriver à ses fins en politique, peut-on laisser son flingue dans son étui ? Le président de la Métropole, Christophe Chaillou, avait réussi à être élu à son poste en juillet 2020 car Serge Grouard avait sabré la candidature de son allié politique naturel, Matthieu Schlesinger. Flingué l’an dernier, ce dernier est devenu flingueur : en quelques mois, il a réussi à se relever de ce qui s’apparentait à une humiliation, a très vite fédéré autour de lui et a compris qu’on ne pouvait pas insulter l’avenir, en sachant voir d’assez près qui, dans le duo Grouard-Chaillou, tenait l’autre par le menton. Le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle, qu’on ne peut pas tout à fait qualifier de novice en politique, se trouve depuis dans la position de celui qu’on vient d’abattre. Le mot est fort, mais les émotions le sont aussi, car s’il n’y a peut-être pas de sentiment en politique, il y a de l’affect. En juillet 2020, au soir de son investiture, le maire de Saint-Jean-de-la-Ruelle avait eu quelques instants la voix brisée en évoquant ses grands-parents fuyant les troupes de Franco au moment de la guerre d’Espagne. La semaine dernière, son timbre trahissait d’autres sentiments mêlés lorsque fut validé le vote de défiance qui le mettait publiquement en minorité. La claque était rude, et certains élus du conseil métropolitain, qui avaient voté contre lui quelques secondes auparavant, confiaient avoir été touchées par ce flingage en direct. Cette séquence étalait en tout cas au grand jour que la politique, bien qu’elle soit souvent l’affaire de grands fauves, est au moins autant motivée par des convictions communes que par des ressorts intimes. Il serait intéressant que le grand public les décèle un peu mieux, au-delà des éléments de langage et des grandes tirades creuses dont certains de nos élus criblent leurs discours comme autant de balles à blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans : la police municipale dotée de nouveaux pouvoirs pour lutter contre l’ivresse publique manifeste
Aux beaux jours, les forces de l’ordre traitent en moyenne...
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...

Signaler un commentaire