|
|
|
On se calme et on boit frais
|
|
|
On se calme et on boit frais

On se calme et on boit frais

B.V
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Les terrasses sont rouvertes, les spectacles reviennent au compte-gouttes, la vaccination progresse, les hospitalisations décroissent… Allons bon, en cette fin de printemps, il n’y aurait donc pas tout pour être heureux ? Dans la rue, quelques scènes font en effet penser que la ceinture se desserre tandis que s’estompe la peur du remontage de bretelles… Certains tombent peu à peu le masque ; ils veulent respirer. À Orléans, des élus étouffent de rage et de colère sans attendre la fin de la trêve. Cela fait longtemps qu’il n’y a plus d’Union Sacrée dans ce pays et qu’il y a encore moins d’union locale. À un gros mois d’élections départementales et régionales qui n’intéressent pas grand monde, les responsables politiques à Orléans « se mettent joyeusement sur la tronche » en s’accusant mutuellement d’être le plus méchant de la farce, en (se) demandant des excuses publiques ou en claquant les portes du conseil municipal.

À qui la faute ? Depuis presque un an qu’il a été élu pour un quatrième mandat de maire, on ne peut pas dire que Serge Grouard ait tout fait pour établir un climat de concorde et de cohésion à l’échelle locale. La campagne municipale a laissé des traces qui ne se sont pas effacées au soir du deuxième tour, et les calculs politiques qui ont prévalu à l’installation du conseil métropolitain n’ont pas arrangé les choses. À sa décharge, le maire d’Orléans est marqué à la culotte par une opposition qui déborde des bancs de son conseil municipal, et surveille ses faits et gestes comme le lait sur le feu.

Un partout, balle au centre ? Il est encore trop tôt pour évaluer les responsabilités dans cette période de surtension que la crise sanitaire générale a contribué à exacerber. Mais il y a assurément encore trop de rancœurs mal digérées, et d’ambitions personnelles qui se heurtent aujourd’hui à une gestion plus sereine des affaires orléanaises. Les terrasses sont rouvertes et, comme dirait l’autre, il serait grand temps d’aller y boire frais avant que le temps ne tourne irrémédiablement à l’orage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...