|
|
|
Optimisme
|
|
|
Optimisme

Optimisme

Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Et si tout n’allait pas si mal ? Alors que la nouvelle année semble commencer comme a fini la précédente, avec son lot d’hécatombes et de tristes perspectives, pourquoi ne mettrions nous-pas, un instant, en lumière, les trains qui arrivent à l’heure ? Regardez : à Orléans, sur le front de la « guerre » contre la Covid, deux centres de vaccination ont été ouverts en début de semaine et il nous a semblé, en nous rendant sur place, qu’ils avaient l’air de fonctionner sans cris, heurts ou lamentations. À Orléans toujours, le MOBE, l’un des grands équipements promis sous l’ère Carré, devrait pouvoir faire admirer ses collections d’ici Pâques après plusieurs retards à l’allumage, alléluia ! En France cette fois, on nous annonce que les défaillances d’entreprises ont été en recul de 38,1 % en 2020 ! À Rouen, le site PositivR nous apprend qu’une « étudiante lance une correspondance entre inconnus pour lutter contre la solitude », heureuse initiative ! Et à Washington, ce 20 janvier voit surtout l’Homme qui a fait trembler le monde quitter la présidence du pays le plus puissant du globe, tandis que son successeur promet déjà qu’il réintégrera les accords de Paris !

Alors ? Vive la vie et à mort la mort, non ? Bien sûr, allez dire ça aux trois milliards d’êtres humains qui, selon un récent rapport de l’ONU, continuent de ne pouvoir « s’offrir un régime alimentaire sain » ; allez promener votre bonne humeur devant les familles des deux millions de personnes que la Covid a tuées depuis le début de la pandémie ; allez balader votre air de ravi de la crèche aux centaines de milliers de Syriens qui ont dû fuir leur pays ; allez, enfin, chambrer en rigolant les supporters de l’Olympique de Marseille : oui, tous ceux-là savent que l’existence ne les a pas épargnés et qu’ils mettront des années avant de croire de nouveau en des lendemains qui chantent. Mais enfin si, de temps à autre, même trente secondes par jour, nous essayions de teinter d’un peu de couleurs vives cette pénombre qui nous étreint, peut-être que les quelques mois qui nous séparent de la guérison ou de la fin du monde seraient un peu moins insupportables.

Jean-Pierre Bacri est mort, mais essayons de garder au chaud, et malgré le temps qui passe, Le sens de la fête. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...