|
|
|
S’ils savaient

S’ils savaient

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Comme il est agréable de faire partie de ceux qui savaient. De ceux qui nous l’avaient bien dit, de ceux qui avaient tout prévu, et qui, dans un cri qui s’associe à des milliers d’autres, vitupèrent, éructent et accusent. Non contente d’avoir déjà enfanté 60 millions de sélectionneurs, la France abrite aussi, depuis le mois de mars, 70 millions d’infectiologues, de virologues et de ministres de la Santé. Avec un tel stock de talents en réserve, notre pays ne doit pas s’en faire pour son avenir : il est immunisé contre tout. Il suffira que ces « sachants » accèdent enfin aux bonnes places pour ne plus jamais connaître, de notre vivant, la peur, la maladie et la mort.

Dans ce vaste clan de ceux qui « savaient », passe encore que les élus d’opposition crient au loup : ils sont là pour ça, pour faire croire que s’ils avaient été à « leur » place, tout aurait été différent. Passe aussi les incantations des « experts », dont l’écho des prédictions à rebours finit par se perdre dans un bruit de fonds. Passe toutefois moins, à notre goût, les discours de ceux qui n’ont sur leurs cartes de visite qu’un nom de scène pour endosser le costume d’éclaireurs dans la nuit. Vincent Lindon, pourtant rayonnant dans ses films récents, a malheureusement cru qu’en tenant une revue de presse plus ou moins exhaustive, il connaissait non seulement tous les rouages de l’État, mais pouvait aussi tirer de son chapeau une pléiade de remèdes miracles. Ah ! S’il suffisait de vouloir prendre aux riches pour donner aux pauvres, d’avoir le cœur sur la main pour résoudre crises sanitaires et inégalités sociales… Le 13 mai sur France Inter, à l’inverse de ces injonctions lacunaires, l’écrivain Olivier Adam confessait ses limites dans une lettre resplendissante, concluant s’en retourner volontiers « à ses doutes, à ses hésitations, à ses incompétences »   qui l’empêchent de voir clair dans cette crise. Oui, heureux sont ceux qui savent qu’ils ne savent pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire