|
|
« Je suis fou de cette ville ! »
|
|
« Je suis fou de cette ville ! »

« Je suis fou de cette ville ! »

À l’occasion de la sortie du film Une comédie romantique, dans les salles à partir du 16 novembre prochain, Alex Lutz est revenu sur son amour pour l’Orléanais, territoire qu’il a récemment adopté en s’installant à Combleux.
Anaïs Rambaud
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Alex Lutz ne manquerait pour rien au monde la promotion de ses films ou la sortie de ses livres. Plus d’un mois avant la sortie du long métrage Une comédie romantique, réalisé par Thibault Segouin, le comédien a présenté cette nouvelle romance à voir bientôt dans les salles de cinéma. Il en a profité pour évoquer celle qu’il vit avec Orléans, sa ville de cœur depuis quelque temps. « Je suis fou de cette ville, fou de ce département, clame Alex Lutz. Je me sens très bien à Orléans, c’est une ville moyenne avec ses paradoxes qui me séduisent. » Ce n’est donc pas l’inspiration qui manque pour les livres et les films à venir… « Entre la Beauce et la Sologne, l’est et l’ouest du Loiret, il y a de superbes paysages à filmer. C’est une région très cinématographique. J’ai voulu écrire quelque chose autour de l’aérotrain (l’invention de l’ingénieur Jean Bertin, projet de ligne de train grande vitesse pour relier Orléans et Paris, construite dans les années 1960 mais abandonné par l’État, ndlr). Cela ferait une immense et bouleversante histoire de cinéma. »

« Envie de lui faire un câlin »

Les fans d’Alex Lutz pourront sinon découvrir, à travers Une comédie romantique, une nouvelle facette de l’acteur. Touchante, éminemment romantique, évidemment toujours drôle, avec un humour fin façonné par Alex Lutz lui-même et le réalisateur Thibault Segouin. L’acteur interprète César, un musicien passionné qui fait tout pour conquérir à nouveau le cœur de Salomé, qu’il a quittée trois ans plus tôt. « César, on a envie de lui faire un câlin et de lui donner une gifle en même temps », commente Thibault Segouin, qui compte parmi ses références pour ce film César et Rosalie, le chef-d’œuvre de Claude Sautet, avec Yves Montand, Sami Frey et Romy Schneider. 

L’histoire d’Une comédie romantique s’ancre en plein Montmartre, comme un Woody Allen prendrait place dans le vieux Manhattan. Le décor est fidèle, tout y est : le mur des Je t’aime, la place des Abbesses, les cafés, le (petit) Grand Hôtel de Clermont, les rues fleuries. « C’est une comédie romantique parmi d’autres, très en lien avec la réalité du quartier », explique Thibault Segouin en évoquant le titre du film. Les spectateurs pourront y voir un Alex Lutz au micro dans un jeu très « sincère », même « assez facile » selon l’acteur, qui dit avoir pris beaucoup de plaisir dans ce rôle. « J’aime être dans ma zone de confort, au contact de très bons acteurs », indique-t-il. Il partage notamment l’affiche avec la saisissante Golshifteh Farahani, mais aussi Olivier Chantreau et Lucie Debay. Quant au chant, il le laisse pour le cadre cinématographique ou d’autres occasions bien spécifiques. « Loin de moi l’idée de sortir un EP !, explique Alex Lutz. Je chante dans certains films, j’ai chanté à Combleux en juin avec Catherine Ringer… J’aime quand il y a un cadre, une histoire. Je ne suis pas musicien. » Avec Une comédie romantique, il nous prouve pourtant, une fois encore, qu’il est un artiste accompli.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS