Jeanne d’Arc en version allégée

Ouvertes mercredi à La Source, les fêtes de Jeanne d’Arc se tiennent jusqu’à dimanche à Orléans. Le marché médiéval du Campo Santo fait figure de dernier des Mohicans préservés dans une programmation réduite à sa portion congrue, sans invité d’honneur ni défilé dans les rues de la ville. 
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Que reste-t-il des fêtes johanniques ? Pas grand-chose, regretteront certains, qui ont d’ailleurs du mal à accorder l’étiquette « fêtes de Jeanne d’Arc » aux événements qui ont lieu cette semaine pour célébrer celle qui libéra la ville en 1429. Pourtant, Orléans se devait de marquer le coup, cette année, pour commémorer notamment le 100e anniversaire de la canonisation de la Pucelle et celui de la loi du 10 juillet 1920 instituant la fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme. Supprimer intégralement l’événement du calendrier de 2020 ? Dans la longue histoire de la cité, cela ne s’est passé qu’en temps de guerre, et même si Emmanuel Macron, en mars dernier, employait volontiers un vocabulaire martial pour évoquer la lutte à mener contre la Covid, Orléans a quand même voulu rappeler que, même en ces mois agités, le mythe restait plus grand que ce virus venu de l’autre bout du monde.

Le défilé ? Il était« trop complexe à organiser »

Initialement prévues en mai, décalées fin septembre, les fêtes johanniques ont été amputées de plusieurs temps forts qui font le sel habituel de l’événement. Exit les processions diverses et variées, l’entrée de Jeanne d’Arc par la Porte-Bourgogne, la remise de l’Épée, le défilé ou encore le Set électro. Seul survivant d’envergure : le marché médiéval du Campo Santo qui, lui, est resté debout et se tiendra bel et bien de jeudi à dimanche avec une jauge réduite à 1 680 personnes en simultané, alors que le lieu peut accueillir jusqu’à 5 000 visiteurs en même temps. « Les gens auront de l’espace, assure Jean-Pierre Gabelle, conseiller municipal orléanais délégué aux Fêtes johanniques. Nous avons revu l’organisation : les tables accueilleront au maximum de 6 à 8 personnes, contre 12 à 15 habituellement. Et il n’y aura que 80 exposants, contre plus de 100 en temps normal. » La mairie sait qu’elle sera attendue sur ce point sanitaire et d’ailleurs, Jean-Pierre Gabelle détaille précisément le dispositif de sécurité mis en place pour contrôler les flux et les comportements à l’intérieur même du Campo Santo : « toutes les dispositions sanitaires ont été validées par le Préfet le 25 août dernier, explique l’élu. Treize agents de sécurité seront présents pour vérifier si tout se passe bien. Le port du masque sera évidemment obligatoire à l’intérieur de l’enceinte ; les gens pourront toutefois le retirer quand ils seront assis aux tables. »

Jean-Pierre Gabelle reconnaît cependant que la mise sur pied de ces fêtes au format réduit a fait l’objet d’amples discussions depuis plusieurs semaines, et qu’il n’a pas été simple de faire des choix : « nous avons fait trois ou quatre allers-retours pour arriver à ce que nous allons finalement proposer, souligne le Monsieur Fêtes johanniques de la Ville. Il faut dire que la situation sanitaire a pas mal évolué. Bon, très rapidement, nous avons exclu la possibilité d’organiser le Set électro. Le défilé ? Il était vraiment trop compliqué à organiser, nous n’aurions pas pu contrôler les flux. Nous avons donc décidé de l’annuler, comme nous avons annulé Rentrée en Fête. » Comme souvent en ce moment, les maintiens ou les suspensions d’événements posent la question de la cohérence et de la continuité sur tout le territoire : comment comprendre que, samedi dernier par exemple, des milliers de personnes aient pu se masser sur les routes du Tour de France pour encourager les coureurs, quand les Orléanais, eux, ne pourront applaudir leur Héroïne dans les rues de la ville ? Va comprendre, Charles…

Incertitudes pour 2021 ?

Alors oui, ces fêtes 2020 auront forcément un goût particulier, et Jean-Pierre Gabelle ne le nie pas : « ce ne seront pas tout à fait les fêtes johanniques que l’on connaît, sauf dimanche, avec l’office religieux solennel qui se déroulera à la cathédrale Sainte-Croix, en présence de l’archevêque de Tours ». Pour l’an prochain, les élus orléanais se gardent bien de tirer des plans sur la comète, même si, pour le moment, des fêtes plus conformes à la tradition sont bel et bien envisagées entre avril et mai. « Le spectacle prévu cette année sur la cathédrale sera présenté le 7 mai 2021 au soir, assure Jean-Pierre Gabelle. Nous avons également vu, en accord avec l’association Orléans-Jeanne d’Arc, que la jeune fille (Raphaëlle Camphuis, ndlr) qui aurait dû figurer Jeanne cette année serait la même l’an prochain. C’est compliqué pour elle cette année, elle est énormément frustrée ! »

En revanche, pour l’an prochain, l’élu orléanais se montre un peu plus prudent sur d’autres manifestations, comme le Set électro notamment : « tout dépendra du contexte », souffle Jean-Pierre Gabelle, qui semble se méfier autant de l’évolution sanitaire du pays que des arbitrages budgétaires qui pourraient être faits dans un contexte financier jugé délicat pour les finances de la Ville (voir interview de Serge Grouard en p.6-7). « L’année prochaine, nous n’aurons pas forcément la même enveloppe, explique l’élu. Nous verrons bien. Et d’ici là, nous allons prier Jeanne d’Arc pour qu’il y ait un vaccin ! » La dame n’en est pas à un miracle près.

Le programme de cette semaine

Jeudi-dimanche : marché médiéval au Campo Santo (24-25 : 10 h-22 h / 26 : 10 h-23 h / 27 : 10 h-19 h). Inauguration jeudi à 12 h.

Vendredi : vente aux enchères de l’exposition Jeanne d’Art – Une icône réinterprétée, à l’Empreinte Hôtel (18 h). Gratuit, dans la limite des places disponibles. 

Samedi-dimanche : projection en avant-première du film d’Alexandre Moix, Au nom de Jeanne, au cinéma des Carmes (samedi 18 h / dimanche 10 h 30). Gratuit dans la limite des places disponibles, réservations sur http://fetesjeannedarc.fr 

Samedi : trois conférences à la Salle de l’Institut : Jeanne d’Arc, chef de guerre (11 h), La canonisation de Jeanne d’Arc. Histoire et enjeux d’un procès (14 h), Centenaire de la loi du 10/07/1920 – Jeanne d’Arc, fille de la République. Grandeur et déclin d’un projet de fête nationale et du patriotisme (1884-1920). Gratuit, dans la limite des places disponibles, réservations obligatoires sur http://fetesjeannedarc.fr

Dimanche : office religieux solennel à la Cathédrale Sainte-Croix (10 h 30).
La Ville d’Orléans signale que de nombreuses visites commentées menées par les guides-conférenciers, ainsi qu’une balade animée sur la thématique de la Auld Alliance et une visite commentée sur la canonisation de Jeanne d’Arc au travers des vitraux d’Orléans auront lieu cette semaine. À voir également : l’exposition Jeanne d’Arc, héroïne populaire, qui se tient à l’Hôtel Cabu jusqu’au 19 mars prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Le canal d’Orléans change de main
Lors de sa dernière session, le Département du Loiret a...
Covid-19 : le ton se durcit à Orléans
Depuis lundi dernier, les bars orléanais doivent être fermés à...
Debout et unis face au fanatisme
Deux jours après le massacre de Samuel Paty à Conflans...
Événements de la semaine
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
10
Oct
Orléans – Campo Santo
de 11 h à 21 h
10
Oct
Saint-Jean-de-Braye –Théâtre du Clin d’œil.
samedi 17 h, samedi 21 h et dimanche 16 h
ARTICLES RÉCENTS