|
|
L’ eau est-elle revenue ?

L’ eau est-elle revenue ?

Si les dernières mesures de restrictions d'eau ont été levées au 30 novembre, ce n'est pas pour autant que les nappes et les cours d'eau ont refait le plein dans l’Orléanais. Explications.
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

UN NIVEAU DE LA LOIRE : toujours inquiétant ?

Fin novembre, la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement) Centre-Val de Loire observait une Loire dont le débit restait encore faible. « Nous sommes autour de 100 m3/s, alors que le débit moyen mensuel est de 310 m3/s », indiquait Fabien Pasquet, chef du service « Hydrométrie, Prévision des étiages, des crues et des inondations ». Il ne faut cependant pas oublier qu’Orléans est tributaire des précipitations tombées à des centaines de kilomètres de là : en Haute-Loire, en Lozère ou dans le Morvan. « Cela ne fonctionne pas comme une poche d’eau, c’est un flux, ajoute Christian Feuillet, chef du département de la délégation de bassin Loire-Bretagne. Le débit de la Loire est fonction des pluies, pas des usages d’eau de l’été. »

Néanmoins, si le visage de la Loire à Orléans a pu choquer les habitants cet été – et qu’elle a donné lieu à une vidéo « choc » de Serge Grouard en septembre dernier… – c’est parce que l’on a oublié l’existence du soutien à l’étiage : les barrages de Villerest et Naussac, construits dans les années 80, sont des retenues d’eau qui peuvent  »soutenir » les débits de la Loire. S’il n’y a pas trop d’inquiétude concernant le barrage de Villerest, qui est rempli à 100 % chaque année, la situation est plus préoccupante à Naussac, où le remplissage d’intersaison a été le plus faible depuis sa mise en service suite à l’hiver 2021/2022, qui fut particulièrement sec. « Nous n’avons pas encore atteint les débits d’avant la construction de ces barrages. Mais en termes de débit naturel, il faut aussi rappeler que la Loire est un fleuve qui a toujours eu de grandes fluctuations », soulignent les spécialistes, en rappelant que le débit le plus faible enregistré remonte à l’été… 1949. « Les photos d’archives montrent que l’on pouvait alors traverser la Loire à pied à Orléans ! » ajoutent-ils. Néanmoins, les usages d’aujourd’hui ne sont pas ceux des années 50, et c’est là où est le problème…

Des nappes à recharger

Au niveau des nappes phréatiques, la période hivernale est traditionnellement la période de remplissage. Cependant, certaines sont plus réactives que d’autres, et il existe ainsi des cycles pluriannuels. Mais concrètement, fin novembre, on retrouvait « les niveaux d’il y a 10 ans au niveau de la nappe de Beauce », affirmait alors à la DREAL Centre-Val de Loire Fabien Pasquet. Une situation qui pourtant s’était améliorée depuis 2012. Pour rappel, le niveau de cette nappe était très bas dans les années 90, ce qui avait conduit à la création d’une Zone de Répartition des Eaux (ZRE) et à la mise en place de quotas pour les agriculteurs. « Sur les autres nappes, nous sommes sur une décennale sèche, poursuit Fabien Pasquet. Nous constatons une situation proche, pour certaines, de ce que l’on pouvait observer en 1995. » Alors, quid des restrictions d’eau pour l’été prochain ? Il est encore trop tôt pour tirer des conclusions, car la période de recharge commence à peine. Tout dépendra de la pluviométrie hivernale et si nous devons faire face, encore, à un été sec à partir de juin 2023. La seule certitude est la part que chacun peut prendre au niveau des (bons) usages de l’eau. Si les étés qui suivent sont similaires à l’été 2022, il est possible d’imaginer la mise en place d’arrêtés préfectoraux de restrictions d’usage plus tôt dans l’année. De même, les quotas d’irrigation de la nappe de Beauce pourraient être un modèle dupliqué sur d’autres nappes phréatiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans : la police municipale dotée de nouveaux pouvoirs pour lutter contre l’ivresse publique manifeste
Aux beaux jours, les forces de l’ordre traitent en moyenne...
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...