|
|
La filière hydrogène prend forme
|
|
La filière hydrogène prend forme

La filière hydrogène prend forme

Pour structurer une filière hydrogène régionale, la Région Centre-Val de Loire accompagne le projet de la start-up française Elogen (ex-Areva H2Gen), qui va construire une usine d’électrolyseurs, machines servant à produire de l’hydrogène. Un investissement de 50 M€ environ pour un bâtiment de 20 000 m2 qui devrait voir le jour d’ici 2025, avec à la clé 200 emplois potentiels.
P.N
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

« C’est une brique importante dans la structuration d’une filière hydrogène, et nous ne pouvons que nous féliciter d’accueillir cette usine sur le territoire régional. » Lors de la présentation du projet Elogen à la presse locale, à la fin du mois de mars, François Bonneau, le président de la Région Centre-Val de Loire, ne cachait pas sa satisfaction : dans la course à l’hydrogène lancée par le plan France Relance présenté à l’automne 2020 pour répondre aux effets et enseignements du premier confinement, la Région a, selon son chef de l’exécutif, pris un bon départ. 

Si l’on doit avoir recours massivement à l’hydrogène pour décarboner les activités humaines, il faut fabriquer ce gaz en grandes quantités et, pour, cela, se doter de machines adaptées. Le projet d’usine de la jeune société Elogen, filiale de l’ingénieriste gazier GTT (Gaztransport & Technigaz), née du rachat de l’ex-Areva H2Gen, est donc stratégique dans la création d’une filière hydrogène nationale. Cette usine est ainsi destinée à fabriquer les catalyseurs qui serviront à produire de l’hydrogène en grandes quantités, l’objectif de production ne se mesurant pas en nombre de machines construites, mais en équivalent-puissance, en l’occurrence ici un Giga Watt par an, ce qui correspond à la puissance d’un réacteur nucléaire standard.

La puissance d’un réacteur nucléaire

« C’est un marché embryonnaire aujourd’hui, mais c’est maintenant que les choix et les investissements doivent se faire pour avoir une production à 5-10 ans, explique Jean-Baptiste Choimet, directeur général d’Elogen. Les perspectives sont importantes, car l’hydrogène doit se substituer progressivement aux énergies fossiles. Avec ces équipements, nous visons une clientèle de grands sites industriels qui vont devoir aussi opérer rapidement cette transition énergétique, surtout si, comme c’est le cas actuellement, les prix de l’énergie continuent de flamber… » Preuve de son importance stratégique, le projet d’Elogen a été dans les 15 premiers retenus par le Gouvernement  français pour structurer cette nouvelle filière. La future usine de 20 000 m2 sera installée dans la zone d’activités de la gare TGV de Vendôme (Loir-et-Cher). Son coût est estimé à 50 M€, qui seront financés par les actionnaires d’Elogen et des subventions de l’État attribuées dans le cadre du plan France Relance. Des fonds européens sont aussi attendus et la Région Centre-Val de Loire y participera à hauteur d’1 M€.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christine Rousselle : Plein gaz
Cette enseignante-chercheuse à l’université d’Orléans, spécialiste de l’énergie et des...
Porte-à-porte dansé à Orléans
Imaginez une déambulation d’artistes dans votre quartier… Qui s’étendrait jusque...
Yanis, sa maman et ses amis… rêvent plus grand
Solidarité à Saint-Jean-le-Blanc.
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS