|
|
La métropole a parlé européen

La métropole a parlé européen

Du 16 au 30 juillet derniers, Saint-Jean-de-Braye et Orléans ont reçu une vingtaine de jeunes de 18 à 20 ans venant de pays européens dans le cadre d’une coopération métropolitaine avec le CRIJ* et l’association Concordia. Objectif : réaliser un projet d’intérêt général aux côtés des habitants du territoire.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Les « chantiers internationaux » ont désormais une dimension métropolitaine. En effet, la Métropole a soutenu à hauteur de 20 000 € le CRIJ pour l’ouverture de chantiers dans trois communes volontaires de l’agglomération orléanaise. Si Saint-Jean-de-Braye accueillait pour la troisième fois ces chantiers internationaux, ce fut, cet été, une nouveauté pour Orléans. Et ce sera également une première, l’an prochain, pour Saint-Cyr-en-Val. Faute de participants suffisants, le chantier, dans cette commune, a en effet été reporté à 2022 mais le maire, Vincent Michaut, compte bien sur les châteaux de sa commune pour attirer des volontaires dans un an (voir plus loin)…

Pour ces chantiers, recrutement  international… et local

« Partir au loin, c’est l’école de la tolérance », a insisté Olivier de la Fournière, adjoint au maire de Saint-Jean-de-Braye. Quant à Marie-Philippe Lubet, maire de Saint-Denis-en-Val et vice-présidente de la Métropole en charge du tourisme, elle a vu dans cette initiative un moyen de promouvoir la métropole d’Orléans et de faire germer l’envie d’y revenir. Pour les élus orléanais Capucine Fedrigo, Régine Bréant et Gauthier Dabout, ces chantiers « participent au rayonnement d’Orléans. Les jeunes laissent une trace de leur passage en réalisant des œuvres. On espère qu’ils garderont, eux aussi, une trace d’Orléans. Et peut-être qu’ils reviendront dans quelques années… ».

Côté recrutement – ou « invitation », terme privilégié par l’adjoint abraysien aux solidarités –, « la proposition a été diffusée via des associations partenaires à l’étranger », explique Léo Bourgouin, responsable régional de l’association Concordia pour la région Centre-Val de Loire. « Dix-neuf jeunes Européens y ont répondu, c’est une belle surprise en cette période. Il ne s’agit pas juste pour eux de “profiter” ni seulement de réaliser un travail. Le projet crée du lien entre eux. »

Au niveau régional, les jeunes de la région sont, eux, passés par le CRIJ*. Pour Marie-Lorraine Gilbert, chargée de mission Europe et international, « la tranche d’âge (18-30 ans) et le contexte actuel ont joué sur le nombre de demandes. Les jeunes étaient en recherche d’un petit boulot pour financer leurs études. Il y a eu aussi des décalages dans les fins des stages. Une dizaine de jeunes étaient au départ intéressés et finalement, quatre ont participé. Cela reste positif, car nous avons pu notamment toucher des jeunes issus des quartiers prioritaires de la politique de la Ville ». Ces « chantiers internationaux » furent également une opportunité financière, car il y avait, pour les jeunes Français y participant, une bourse de 500 € qui permettait d’effectuer ensuite un autre chantier en Europe ou à l’international.

Ils ont réalisé des installations artistiques à l’île Charlemagne

Concrètement, ces jeunes venant d’Espagne, d’Italie, d’Allemagne, de Pologne et de la région étaient hébergés ensemble le temps du chantier et avaient un projet d’intérêt général à réaliser. Au niveau orléanais, un projet artistique, à l’île Charlemagne a notamment motivé nombre de candidatures… Le 21 juillet dernier, autour de l’artiste Alexandre Lévy, directeur artistique de la compagnie Akousthéa, le groupe de « travailleurs internationaux » a ainsi réalisé une « harpe éolienne » et une « toile d’araignée ». L’une des participantes se lança même dans un ouvrage en crochet, avec de la ficelle et des tournevis ! De l’autre côté de la Loire, à Saint-Jean-de-Braye, la construction de mobiliers urbains à proximité de la tyrolienne et des agrès sportifs fut au programme.

« Il y a également un aspect écologique, a rappelé Faustine, animatrice de chantier à l’association Concordia. Au gîte, les déchets sont triés, les déplacements sont tous réalisés à vélo et nous prévoyons également d’installer des gîtes pour les insectes. » Rendez-vous est donné désormais l’an prochain à Saint-Cyr-en-Val, pour la restauration du mur d’enceinte du potager du château de la Jonchère, avec des techniques traditionnelles.

* Centre Régional Information Jeunesse.

 
Plus d’infos 

Pour découvrir les chantiers internationaux et les actions de l’association Concordia : www.concordia.fr

Pour trouver des renseignements afin de partir à l’étranger, trouver des offres de volontariat…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire