|
|
Le badminton va régner en maîtres

Le badminton va régner en maîtres

Quelques-uns des meilleurs joueurs de volant de la planète s’affronteront à partir de mardi prochain dans le cadre de l’Orléans Masters Badminton (29 mars-3 avril). Un événement international qui pourrait, à l'avenir, voir encore plus haut...
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

À partir de la semaine prochaine, 300 joueuses et joueurs venus de la planète entière se donnent
rendez-vous dans la cité johannique pour y gagner les cinq titres mis en jeu par l’Orléans Masters Badminton (simples et doubles, femmes, hommes et mixte). Parmi les têtes d’affiches déjà référencées, citons chez les messieurs Sai Praneeth, Mark Caljouw ou Hans-Kristian Vittinghus, et chez les dames Michelle Lianne Tan, Line Hojmark et Iris Wang, toutes classées parmi les 50 meilleures joueuses du monde. Cette année encore, le niveau sera donc encore très relevé au Palais. D’ailleurs, pour espérer pouvoir concourir à Orléans, il ne faudra tout simplement pas être en dehors du Top 100, voire du Top 80 mondial. « Nous faisons partie des 35 meilleurs tournois de la planète », résume d’ailleurs Franck Laurent, le directeur de l’événement. Preuve de son impact mondial : l’an dernier, les matchs, diffusés sur YouTube, ont totalisé sept millions de vues, dont la moitié en Asie, continent où le badminton est particulièrement populaire, notamment en Inde et en Indonésie. « L’idée, à travers cette manifestation, est aussi de faire rayonner Orléans au-delà des frontières du Loiret », souligne Franck Laurent, qui s’interroge aussi sur la possibilité de faire grimper en qualité et en notoriété le tournoi orléanais. Un nouvel appel d’offres émis par la Fédération internationale pour les quatre prochaines années (2023-2026) pourrait ainsi permettre à l’Orléans Masters Badminton de postuler à la catégorie de tournoi BWF Tour Super 300 (il appartient aujourd’hui aux Super 100), qui lui promettrait d’accueillir les cadors du Top 10 mondial. « Ça peut être une opportunité », réfléchit à haute voix le patron du tournoi orléanais, qui attend de voir comment se passe cette édition 2022 avant d’organiser un potentiel tour de table.

Au grand air

À terme, l’Orléans Masters Badminton a-t-il d’ailleurs vocation à rejoindre CO’Met ? « Aujourd’hui, je n’ai pas encore regardé les conditions d’accès, admet Franck Laurent. Je ne sais pas comment cela fonctionne en termes d’espaces VIP, de buvettes, ou de billetterie. » Le badminton est-il en capacité de drainer assez de public dans la grande salle de CO’Met ? À voir, puisque cette année, à une semaine des premiers coups de volant, Franck Laurent admettait avoir quelques inquiétudes sur la réception de l’événement par le public. « Par rapport aux dernières éditions, nous en sommes à un tiers de réservations en moins », énonçait-il. Une frilosité qu’il attribuait notamment au contexte général de sortie de crise sanitaire. Pour faire connaître encore plus l’événement auprès du grand public, l’Orléans Masters Badminton va toutefois installer, à partir de lundi prochain, des espaces de jeu en plein air, une expo photos et des stands divers (Ressourcerie, USEP…) dans le parc Pasteur. Malgré le contexte général, 52 partenaires, aux premiers rangs desquels la Ville d’Orléans et la Région, continuent cependant de soutenir le tournoi et de lui assurer un budget dodu de 550 000 €. Puisqu’on vous dit que c’est du lourd !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire