|
|
Le CHRO lance une « Urgence sein »

Le CHRO lance une « Urgence sein »

Depuis fin octobre, le centre hospitalier d’Orléans a mis en place un service dédié « Urgence sein ». Son but : réduire les délais de prise en charge des cancers du sein.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Le CHRO a lancé il y a quelques jours un nouveau service baptisé « Urgence sein ». Impliquant les sénologues, les chirurgiens gynécologues et l’ensemble des professionnels du centre de sénologie, il doit permettre aux patientes adressées par leur médecin (mais aussi celles n’ayant pas de médecin traitant, voir encadré) de bénéficier, dans les 48h, d’une prise en charge rapide après la palpation d’une masse, la modification de l’aspect d’un sein, ou bien après une mammographie ou une biopsie si des signes inquiétants ont été diagnostiqués. « Il s’agit d’une visite d’orientation assurée par un gynécologue habitué de ce genre de dépistage, explique la docteure Claire Ceccaldi, responsable du centre de sénologie. Et l’objectif est d’abord de rassurer la patiente. »

Si le diagnostic révèle les signes d’un cancer, cette consultation située au sein du CHRO permettra ensuite à la patiente d’être orientée vers les différents professionnels du centre hospitalier. « Nous pouvons demander l’intervention de la psychologue, ajoute la docteure Ceccaldi. Il y a également ici la présence d’oncologues et d’un plateau technique permettant de réaliser une biopsie. » Le but est, pour les équipes hospitalières, de réduire les délais dans la prise en charge des cancers et de permettre aux patientes d’intégrer un parcours de soins. « Car il ne faut pas que les femmes renoncent à se faire dépister », insiste la médecin. 

Des retards de dépistage

Entre la démographie médicale catastrophique dans le Loiret et l’épidémie de Covid-19, les médecins hospitaliers constatent, en effet, des retards dans les dépistages des cancers du sein. « Nous avons encore du mal à les rattraper actuellement », estime Claire Ceccaldi. Cette gynécologue, comme ses confrères, est ainsi confrontée aujourd’hui à des formes de cancer du sein plus avancées. « En France, nous observons aussi, depuis dix ans, une augmentation des cancers chez les femmes jeunes, poursuit la praticienne. Pourtant, le cancer du sein n’est pas une fatalité. S’il est pris en charge précocement, il se soigne très bien. » Claire Ceccaldi précise que « les interventions sont également beaucoup moins invasives pour les patientes. » Ainsi, afin d’améliorer les délais comme la qualité de la prise en charge de ces cancers, l’hôpital utilise aujourd’hui l’intelligence artificielle pour la lecture des mammographies. Les équipes du centre de sénologie, qui avaient ouvert dans le cadre d’Octobre Rose une plage de rendez-vous supplémentaire, le samedi, pour réaliser des mammographies, réfléchissent à reconduire l’opération ainsi qu’à allonger les horaires en semaine pour les rendez-vous. Côté prise en charge, les professionnels indiquent que le parcours de soins est réalisable à l’hôpital d’Orléans hormis, depuis quelques mois, les reconstructions mammaires. Un chirurgien esthétique est d’ailleurs recherché. Avis aux candidats.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire