|
|
Le Loiret reste à droite, mais la gauche pousse
|
|
Le Loiret reste à droite, mais la gauche pousse

Le Loiret reste à droite, mais la gauche pousse

Comme prévu, la majorité sortante de droite va repartir pour un tour au Conseil départemental du Loiret. Si en territoires ruraux, la prime aux sortants a été respectée, dans la métropole orléanaise, trois cantons ont basculé à gauche. L’un d’eux a même été gagné par les communistes, qui refont leur apparition au sein de l’assemblée.
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Dimanche dernier, Marc Gaudet, président sortant du Département, réélu dans son canton de Pithiviers, était peiné par l’abstention record observée au deuxième tour. « On ne communique pas assez sur nos compétences, soupirait-il. Pourtant nous avons des politiques de proximité ; nous sommes là dans les difficultés tout au long de la vie des administrés… » Par contre, Marc Gaudet était ravi de la victoire de « sa » majorité départementale de droite, qui a gardé 15 cantons sur 21. « Je pense que le travail et la présence des élus aux côtés des habitants ont été récompensés », soulignait-il. 

Six sur dix pour la gauche

Néanmoins, si la majorité départementale a dominé la globalité du scrutin, la métropole orléanaise fait exception : trois cantons tenus jusqu’à alors par la majorité départementale ont en effet basculé du côté de la gauche (PS, PC et EELV). Le seul binôme qui a conservé son fauteuil est celui composé par Jean-Pierre Gabelle et Nadia Labadie (Orléans-1), qui l’a emporté avec 52,22 % des voix face à Claire Fradot et Mathieu Legrand (soutenus par LREM). « Je suis satisfait du résultat mais je salue le coup d’essai de nos concurrents », commentait Jean-Pierre Gabelle, qui observait, outre l’abstention, la part étonnante des bulletins nuls et blancs dans les bureaux de votes orléanais. « La situation orléanaise n’est pas brillante, admettait-il. Chacun doit se poser des questions. » Dans le canton d’Orléans-2, Hugues Raimbourg et Christine Tellier (EELV) ont décroché leurs sièges à huit voix près face à Jean-Paul Imbault et Nathalie Kerrien (LR). Une fois les résultats connus, celle-ci a reconnu la victoire de ses adversaires et affirmé qu’elle n’intenterait pas de recours. Du côté d’Orléans-4, la victoire est revenue à Baptiste Chapuis et Karine Harribey (PS), avec 52,59 % des voix contre 47,41 % pour Florence Carré et Olivier Geffroy (DVD). « Les cantons qui ont basculé à gauche, et surtout le nôtre, ont bénéficié de la dynamique régionale, analysait Olivier Geffroy. Il y avait une superposition des logiques, un enjeu à venir voter pour conserver la région. Il nous a manqué beaucoup de participation et la mobilisation de nos soutiens. Je ne regrette cependant pas ma candidature, qui faisait le rassemblement après une campagne municipale compliquée. Mais nos électeurs nous ont adressé un message concernant les bisbilles de 2020. » Baptiste Chapuis, lui, relevait que « la gauche était majoritaire sur Orléans. Nous sommes allés chercher les voix en étant dans l’hyperproximité. » Enfin, on entendit aussi, dimanche soir, retentir L’Internationale devant l’Hôtel du Département pour célébrer le retour de conseillers communistes dans l’assemblée départementale « Je pleure de joie », avouait Dominique Tripet, qui venait de remporter en compagnie de Mathieu Gallois le canton d’Orléans-3, avec 50,79 % des voix face à Alain Touchard et Béatrice Barruel. 

Sur le reste de la métropole orléanaise, le canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle a été confortablement conservé par le duo Hélène Lorme/Christophe Chaillou (PS). Ce dernier a observé avec satisfaction que Fleury était également resté à gauche (Grégoire Chapuis/Isabelle Courroy), tout comme Saint-Jean-de-Braye, dont le binôme gagnant composé de Vanessa Slimani et de Jean-Vincent Valliès voyait, sourire aux lèvres, « la minorité départementale doubler » après ce second tour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...