|
|
Les Marcheurs croient en eux
|
|
Les Marcheurs croient en eux

Les Marcheurs croient en eux

Dans trois cantons du sud et du centre d’Orléans, trois duos soutenus par La République en Marche vont tenter de décrocher la victoire face à trois binômes de la majorité départementale sortante. Ils semblent convaincus de leur chance, appuyant sur des idées sociales et solidaires qui leur paraissent coller aux compétences des Départements.
B.V
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Ces trois binômes « orléanais » sont soutenus par La République en Marche, mais c’est loin d’être la première caractéristique qu’ils mettent en avant. D’abord, disent-ils, parce que le Modem et Agir les soutiennent aussi. Ensuite parce qu’ils ne sont pas tous « encartés » à LaREM, se prévalant de faire partie d’un « environnement centriste » et d’être des candidats « citoyens », issus de la « société civile ». Depuis 2017, on connaît la musique, mais eux veulent la jouer, désormais, dans l’hémicycle du Conseil départemental à partir de juin prochain. Sans attaquer de face la majorité sortante, composée pour la plupart d’élus LR, mais en proposant une ébauche de programme où les priorités sur le social, l’insertion, l’emploi et la proximité sont clairement édictées.
En termes de proximité, justement, ces Marcheurs ou assimilés lancent d’emblée une proposition concrète : pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées, « compétences » du Département, ils proposent d’engager des « coachs individuels » en la personne d’étudiants fraîchement sortis de STAPS qui ne trouveraient pas instantanément de débouchés. « Cela offrirait à ces jeunes une première expérience », insistent-ils, affirmant que ce système fonctionne déjà dans le nord de la France. Les candidats font ensuite le lien avec les problématiques d’emploi et d’insertion : « c’est bien simple, expliquent-ils : le Département est le chef de file des solidarités, qui concentrent 50 % de son budget, dont 30 % dévoué au RSA. Aujourd’hui, ce n’est pas un sujet qui est franchement poussé par le Département du Loiret, dont on a l’impression qu’il est juste un guichet en la matière. Nous, on veut aider, accompagner les demandeurs de RSA, parce que pour l’instant, c’est trop long et trop compliqué. Nous voulons que, dès la première ouverture des droits, une personne ait rendez-vous avec un conseiller. Et à plus long terme, nous souhaitons nous rapprocher de Pôle Emploi, parce qu’il y a un vrai problème de main-d’œuvre sur le territoire. » Les binômes en lice sont ainsi persuadés qu’il existe un sillon à creuser, dans le département, en termes de chantiers d’insertion. 

Candidats du « renouvellement »

D’autres chantiers, d’ailleurs, sont évoqués pêle-mêle par les candidats « centristes ». Celui du vélo, notamment, pour les locaux comme pour les touristes, en accélérant ainsi, avec les collectivités et intercos compétentes, le rythme des pistes cyclables sécurisées sur le territoire. Et puisqu’on parle de tourisme, il est aussi question de donner au Loiret une image plus chatoyante à l’extérieur de ses frontières : « aujourd’hui, les Français ont encore du mal à le placer sur une carte… Il faut rendre ce territoire plus attractif ». Les trois binômes annoncent du reste vouloir capter une partie des « deux millions de Parisiens » qui seraient en passe de quitter la capitale et ses environs. « Évidemment, dans cette optique, il faudra développer la fibre plus rapidement, en réduisant considérablement le nombre de zones blanches ». En zones rurales, l’hypothèse de mettre en place des espaces de co-working couplés à des guichets uniques fait son chemin. Bref, si la question de l’étiquette politique n’est abordée qu’en toute fin de présentation, c’est parce que ces binômes se présentent d’abord comme les candidats du « renouvellement », assurant qu’eux ne cumuleront pas mandat départemental et mandat communal, suivez leur regard.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christelle Clairville : Beaux arts des îles
Originaire de Guadeloupe et habitante orléanaise, cette jeune trentenaire a...
Jeanne, version Natasha
Jeanne, le nouvel album de Natasha Saint-Pier, est composé de...
« Je suis fou de cette ville ! »
À l’occasion de la sortie du film Une comédie romantique,...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 15 h
ARTICLES RÉCENTS