|
|
Les transporteurs plus écolos ?
|
|
Les transporteurs plus écolos ?

Les transporteurs plus écolos ?

La semaine dernière, treize transporteurs routiers de marchandises et de voyageurs de la région ont signé une charte Objectif CO2 dans laquelle ils s’engagent à réduire leurs émissions de CO2 pour une période de trois ans. 
Gaëla Messerli
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Si la transition écologique ne peut plus attendre, les transporteurs routiers doivent eux aussi engager leur révolution. « Le transport représente un tiers des gaz à effet de serre, dont 14 % pour le transport routier, a ainsi posé la semaine dernière Régine Engström, Préfète de région. Les aides financières de l’État ne peuvent pas tout : ce qui fera la différence, c’est l’implication des citoyens et des entreprises. Mais nous allons essayer d’aider les transporteurs à court terme, avec un plan de résilience (une aide à l’acquisition de carburant, ndlr). » Dans le cadre de cette coopération, huit entreprises de transport routier de marchandises, dont trois loirétaines (TLR Transports à Saran, Transeco à Fleury et TVF Transports à La Ferté-Saint-Aubin) et cinq entreprises de transport de voyageurs ont signé la charte Objectif CO2. En tout, ce sont 67 entreprises qui se sont engagées à améliorer la performance environnementale depuis 2009. « Cela représente une économie de plus de 10 millions de litres de carburant et une réduction de près de 33 000 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 112 allers-retours Paris-New York », a souligné Régine Engström, qualifiant cette démarche volontaire « d’exemplaire ». Les professionnels signataires de la charte ont évoqué, chacun, leur stratégie : utilisation de carburants alternatifs – certains transporteurs comme LDT Transports et Voyages, à La Châtre (36), se sont lancés dans la construction de stations d’avitaillement en gaz bio GNV –, formation des conducteurs à l’éco-conduite, optimisation des flux et du remplissage des camions afin que les véhicules ne roulent pas à vide… Translocauto, à Dreux, a quant à lui décidé de transporter ses marchandises en
vélos-cargos pour le dernier kilomètre !

Une profession décriée

Alors que Philippe Fournié, vice-président de la Région en charge du transport, a demandé à « faire évoluer le modèle social » afin que la profession soit plus attractive, les transporteurs ont aussi évoqué de façon plus générale leurs difficultés de recrutement. Ils ont pourtant, disent-ils, la volonté de fidéliser leurs salariés en permettant notamment à leurs conducteurs expérimentés de former les autres. Une vraie nécessité alors que 50 000 conducteurs français arrivent bientôt à l’âge de la retraite… « Nous sommes une profession décriée mais importante, car 90 % des marchandises françaises sont acheminées via le transport routier », a ainsi rappelé Stéphane Robinet, de TLR Transports, à Saran, bientôt rejoint par une cheffe d’entreprise tourangelle émue. « Nous ne sommes pas les vilains petits canards qui embêtons les départs en vacances ! » a ainsi lâché, des larmes dans la voix, Carole Delomenie, directrice de Challenge Transports en Touraine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christophe Liony, médecin des âmes : le nouveau curé de la paroisse Saint-Vincent à Orléans
Depuis la rentrée, la paroisse Saint-Vincent à Orléans compte un...
Fool System célèbre ses 10 ans d’existence avec la sortie de son dernier album de rock franc « L’Heure bleue » – un succès pour le groupe Orléanais
Le groupe orléanais Fool System célèbre ses dix ans d’existence...
Réouverture du Théâtre Gérard-Philipe après des travaux de rénovation – Amélioration de l’isolation, de l’accès et de la sécurité à La Source
Au terme de trois mois de fermeture et de travaux...