Bleue (Festiv’Elles) : Vache, ce spectacle !

Joué à Vernouillet puis à Tours en janvier dernier, Bleue rejoint la programmation de Festiv’Elles. (3-29 mars) D’après Coraline Cauchi, conceptrice et interprète du spectacle, c'est une sorte de puzzle à recomposer à partir des paroles d’une femme… Cette expérience d’écriture veut donner goût à la langue théâtrale, sans langue de bois.
Ambre Blanes
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

En ville, dans les programmes, difficile de ne pas remarquer l’imposant masque de vache bleu que porte la comédienne Coraline Cauchi sur l’affiche (réalisé par l’artiste français Loïc Nebreda) ! Elle dit qu’elle est bouchère ; elle en porte tous les signes, elle découpe quelque chose qui ressemble à la viande, elle porte un tablier et a des couteaux. Elle ne parle pas de ce qu’elle fait tandis qu’elle le fait. Ce dont elle cause alors qu’elle ficelle des rôtis, c’est de la place des femmes dans un milieu d’hommes, via des anecdotes que toutes auront pu connaître. Coraline Cauchi précise : « L’intention était de se faire rencontrer l’univers de la boucherie et les considérations sur le corps, le rapport à la chair, celle des animaux et de la femme, parfois elle-même représentée comme un animal pour mieux vendre des voitures. » 

Bleue est née après trois phases de travail : une de recherche personnelle face au sujet que Coraline Cauchi voulait déplier après l’avoir identifié au sortir de la lecture de Comme une bête, de Joy Sorman. Puis elle a invité l’autrice Clémence Veill pour s’emparer du sujet et écrire la matière théâtre. Une fois le texte livré, Coraline Cauchi y a fait revenir quelques fragments de sa recherche documentaire, de sorte que la version scénique soit un millefeuille collaboratif. Car la particularité du spectacle est de mêler le théâtre à la musique. Baptiste Dubreuil occupe la scène avec la comédienne, au clavier électronique, pour un dialogue. L’une parle, l’autre écoute, répond parfois. Bleue s’adresse beaucoup au public dans un rapport assez frontal, mais se livre aussi exclusivement au musicien.

Coraline Cauchi assure la direction artistique de la Compagnie Serres Chaudes depuis 2010, ainsi que des mises en scène de projets tournés vers l’écriture contemporaine ou l’adaptations de romans. Bleue s’inscrit comme la synthèse de tout ce qu’elle a investi jusqu’alors, soit depuis l’adaptation de L’Amant de Duras en 2011, après qu’elle a passé dix mois en résidence à Volapük (Tours) pour fabriquer, travailler et répéter sa création. Elle confie : « je sens que c’est un spectacle pivot dans mon travail. Les gens réagissent différemment de me voir ailleurs que derrière le texte et tous, néophytes comme professionnels, nous font les mêmes retours. C’est à mes yeux le signe d’une convergence affirmée. Une vraie relecture de mon travail naît à la lumière de ce spectacle ! » Pas étonnant que le service culturel de la Ville d’Orléans ait proposé que Bleue rejoigne la programmation de Festiv’Elles, gratuitement, afin d’ouvrir le théâtre contemporain au plus grand nombre. 

À la Maison des Arts et de la Musique d’Orléans.
Vendredi 13 mars 2020 à 20h30.
Spectacle gratuit, dès 14 ans. Durée 1h30.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Michel Ricoud : Au grand homme
Le 20 mai dernier, jour de ses obsèques, Orléans a rendu...
Stéphane Cornée n’ira pas
Lors du premier tour des municipales, Stéphane Cornée était le...
La gauche avancera groupée !
Le déconfinement puis l’annonce de la tenue du second tour...
Événements de la semaine
16
Mar
Olivet – Moulin à Vapeur
Horaires d'ouverture.
15
Mar
Orléans – Maison des Arts et de la Musique
à 19h.
15
Mar
Orléans – École de théâtre – 5, rue des Grands Champs
à 10h.
14
Mar
Orléans – place du Martroi
à 16h.
14
Mar
Fleury-les-Aubrais – Salle Villon
à 15h.
13
Mar
Orléans – Temple d'Orléans
à 19h et à 20h30.
ARTICLES RÉCENTS