|
|
|
La création bourgeonne à Bourges

La création bourgeonne à Bourges

Le Printemps de Bourges, 44e du nom, prendra racine dans le Berry à la fin du mois d’avril. Au programme, quelques têtes d'affiche solidement référencées, mais aussi des créations uniques, comme celles proposées par Jeanne Cherhal et Ayo.
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

« Merci d’être venus en nombre, on aurait dû ouvrir une billetterie ! » : c’est ainsi qu’ont été accueillis les partenaires financiers et artistiques du Printemps de Bourges par les équipes d’organisation du festival. La semaine dernière, proximité, transparence et franche rigolade régnaient dans la salle, tandis que tous brûlaient d’en savoir plus sur le line-up 2020. « Si on n’a pas l’argent pour se payer des têtes d’affiche internationales, on a beaucoup d’idées ! », plaisantaient les organisateurs. Ce que peuvent d’ailleurs confirmer les stars françaises révélées par leur apparition au Printemps, telles que Christine and The Queens ou Eddy de Pretto. 

Des projets uniques

Le Printemps de Bourges est ainsi le premier festival musical français dédié à l’émergence, c’est-à-dire qu’il fait la part belle à des artistes qui n’ont aucun album – ou bien un album « timide » – à leur actif. Mais le Printemps, ce sera aussi, cette année, de la création, avec des projets uniques : Jeanne Cherhal rendra ainsi hommage à Prince (dont elle est « fan devant l’éternel ») ; et Ayo, contrairement à son habitude, donnera un concert acoustique dans l’enceinte d’une abbaye. Yan Wagner & Uèle Lamore célébreront quant à eux le premier album de Portishead, entourés de plusieurs voix internationales, dont Lou Doillon, Victor Solf et
Emily Jane White. 

Pour les connaisseurs, douze anciens « Inouïs » seront aussi programmés cette année. Pour rappel, 33 artistes sont sélectionnés chaque année sur 3 500 candidatures et assurent 6 dates de tournée en France. Ce dispositif aide au développement et à la professionnalisation des projets artistiques émergents en offrant la possibilité aux artistes/groupes en rock, chanson, électro et hip-hop de rencontrer professionnels et public.

Enfin, le festival entend s’étendre encore davantage sur le centre-ville. Le Palais Jacques Cœur, autrefois dédié aux soirées musique et littérature, deviendra, cette année, un club. Un bar à sirops bio sera mis en place pour attirer les familles, et une scène sera dédiée au rock/punk britannique, dont certains groupes feront leur toute première date française… De quoi faire verdir les pro-Brexit ! Enfin, l’édition 2020 sera certifiée ISO21, afin de devenir un « festival engagé et plus vert. » Que demander de plus pour l’arrivée du Printemps ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire