Olivet soigne ses commerces

Du 15 juillet au 15 septembre, des centaines de foyers olivétains pourront bénéficier de bons d’achat de 20 à 40 €, à dépenser dans les commerces de la commune. Le but est clair : soutenir ces derniers dans une période compliquée.
B.V
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Non, la crise n’est pas derrière nous, elle serait même plutôt devant. C’est, en substance, le message qu’a fait passer Matthieu Schlesinger, le maire d’Olivet, à l’heure de présenter, la semaine dernière, son « plan de soutien à l’économie locale ». « Beaucoup de commerçants nous disent : si ça ne reprend pas cet été, on est mort, explique l’édile. C’est donc maintenant que ça se joue, quand les loyers vont recommencer à tomber, quand il n’y aura plus de chômage partiel. Notre idée, c’est d’amener de l’argent tout de suite, directement, pour apporter de la trésorerie. »

L’équipe municipale, élue au premier tour en mars dernier, a donc phosphoré et annoncé une mesure forte : la mise « sur le marché » de 1 250 bons d’achat qui seront distribués, via le CCAS, à plusieurs centaines de familles olivétaines afin d’inciter celles-ci à « consommer localement ». Les foyers les plus précaires ont été ciblés : des bons d’une valeur de 40 € seront distribués à ceux dont le Quotient Familial est inférieur à 710 €. Ceux dont le QF est compris entre 710 et 1 000 € pourront quant à eux recevoir des bons de 20 €. « Pour ceux-là, cela correspond à une famille de deux personnes qui gagne environ 3 000 € par mois. C’est, en gros, le début de la classe moyenne », détaille Matthieu Schlesinger.

Pour la Ville d’Olivet, cette opération « coup de pouce » coûtera aux environs de 25 000 €. Qui s’ajoutent à la suppression de droits de place : pour les commerces jusqu’à la fin de l’année (estimée à 10 000 €) et pour les commerçants du marché municipal jusqu’à fin août (12 000 €). Matthieu Schlesinger ajoute en outre que les tarifs du conservatoire municipal et de la cantine, notamment, ne seront pas revalorisés. « En résumé, la Ville dépensera 65 000 € pour aider les commerces et les familles », lance le premier magistrat, bien conscient que l’opération d’aide à l’économie locale n’est qu’un « petit geste » dans la totalité des aides fournies par l’État, la Région, le Département et la Métropole.

Jusqu’à la fin de l’été

En pratique, les 1 250 bons d’achat délivrés par le CCAS local pourront être dépensés entre le 15 juillet et le 15 septembre. « Tous les commerces du territoire ont été sollicités, qu’ils aient été ouverts ou non pendant le confinement. Coiffeurs, restaurateurs, libraires, fleuristes, enseignes, etc. » indique la Ville d’Olivet. L’ensemble des 500 acteurs commerciaux que compte la commune ne participera pas à cette opération : il est ainsi peu probable que les Leclerc et Auchan remplissent un dossier de participation. En tous les cas, une liste de participation sera arrêtée d’ici au 6 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Orléans Métropole : Christophe Chaillou (PS) élu au prix d’un « consensus » avec Serge Grouard
Jeudi soir, Christophe Chaillou, le maire PS de Saint-Jean-de-la-Ruelle, a...
Des fêtes johanniques au format réduit !
En raison du Covid-19, Serge Grouard, maire d’Orléans depuis samedi...
Serge Grouard est redevenu, ce samedi, maire d’Orléans
Après la victoire de sa liste dimanche dernier à l’issue...