|
|
Open : CO’Met ou pas CO’Met ?
|
|
Open : CO’Met ou pas CO’Met ?

Open : CO’Met ou pas CO’Met ?

Des interrogations subsistent toujours sur le futur du tournoi de tennis orléanais.
Benjamin Vasset
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

En juin dernier, Didier Gérard, le directeur de l’Open d’Orléans, avait regretté le départ d’Orléans Métropole de son cercle de partenaires. Un manque à gagner qu’il chiffrait à 100 000 €, non de subvention, mais « d’achats de prestation ». Ce mardi, alors qu’il présentait le tableau de la prochaine édition de l’Open (voir encadré), Didier Gérard a rappelé que son tournoi était « à un carrefour important de sa vie ». Regrettant visiblement de n’avoir pas eu de nouvelles de Serge Grouard depuis cet été – « il n’y a eu aucune discussion avec la Métropole, rien de nouveau depuis juin, je ne sais rien » –  le directeur de l’Open a semblé s’interroger sur le déménagement de son tournoi à CO’Met. Car visiblement, il est pris entre deux feux. « J’ai sur mon bureau une étude qui montre que l’Open est le seul événement sportif du territoire qui puisse aller à CO’Met. Je pense que l’avenir du tournoi est là-bas, mais il faut trouver une solution avec GL Events –  l’entreprise délégataire, ndlr –  et les commanditaires de ce complexe gigantesque (sic) ». D’après le patron du tournoi, un potentiel déménagement de l’Open d’Orléans à CO’Met « coûte très cher. Une somme à six chiffres, alors qu’on est à cinq au Palais des Sports ». Ce n’est pas qu’on sent poindre un manque d’enthousiasme, mais… « Je n’ai pas, au moment où je vous parle, les éléments et les rendez-vous qui font que je pourrais l’être, coupe Didier Gérard. Je n’ai aucun document, aucune assurance, j’ai seulement des bribes d’infos, même si Charles-Éric Lemaignen (vice-président de la Métropole en charge des grands équipements) a fait un gros travail de préparation ». En d’autres termes, Didier Gérard, qui n’envisage pas pour le moment de monter son tournoi de Challenger en ATP 250, se demande si le jeu en vaut la chandelle. « C’est un vrai problème, parce que dans les deux cas (aller à CO’Met ou rester au Palais des Sports, ndlr), c’est compliqué. Après, redit-il, si les conditions ne sont pas favorables pour aller à CO’Met et si ce n’est plus faisable d’organiser l’Open au Palais des Sports, je n’aurai pas d’autre choix que de transférer le tournoi (dans une autre ville). Même si, je le réaffirme aujourd’hui, ce n’est pas ma volonté ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS