|
|
2023 à Orléans : Serge Grouard annonce la concrétisation de plusieurs projets importants pour la ville

2023 à Orléans : Serge Grouard annonce la concrétisation de plusieurs projets importants pour la ville

La semaine dernière, Serge Grouard a fixé les grandes échéances qui attendent Orléans en 2023. Le maire et président de la Métropole a un message à faire passer : cette année sera celle de la « concrétisation » de plusieurs projets.
B.V
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Dans six mois, les municipalités élues en 2020 arriveront à mi-mandat. À Orléans, certains commencent déjà à échafauder leurs plans pour 2026. Et le maire en place ? « Je m’en fous, ce n’est pas le sujet ! », a lâché la semaine dernière Serge Grouard lors d’une cérémonie de vœux à la presse locale, la première depuis qu’il a entamé son quatrième mandat. « Il y a eu beaucoup de crises à gérer (Covid, finances de la Métropole…) », a-t-il dit en substance pour expliquer son relatif silence jusqu’à présent dans les médias locaux, lui qui s’y est trouvé beaucoup critiqué ces derniers mois. En octobre dernier, il n’a par exemple guère apprécié que la presse ait appuyé sur ses absences lors d’un conseil municipal ainsi qu’à certaines réunions publiques, alors qu’il était alors en campagne pour la présidence des Républicains. Jusqu’en novembre dernier, la petite musique montait que Serge Grouard n’était pas assez présent à Orléans. Même s’il fut agacé par ces notes dissonantes, il les a certainement entendues : d’ailleurs, il fait aujourd’hui davantage état de ses rencontres avec les acteurs du territoire sur ses réseaux, comme si les récents changements apportés à son cabinet – Chrystel de Filippi, ancienne attachée de presse, en a pris la direction – avaient convaincu le maire d’Orléans que sa parole publique devait être plus audible.

On va voir ce qu’on va voir

Quant à la politique menée par la majorité municipale, elle devrait être aussi plus visible. « L’objectif est que 2023 soit la concrétisation forte de ce qui est lancé depuis des années », a lancé Serge Grouard, qui n’a pas beaucoup eu l’occasion depuis 2020 de couper énormément de rubans, si l’on excepte l’inauguration de l’Arena il y a quelques jours, dont il ne peut revendiquer totalement la paternité, puisque le projet a été lancé par son prédécesseur. Autre gros chantier engagé sous la mandature Carré : la transformation du site « HPM »*, dont l’actuel maire d’Orléans et président de la Métropole a annoncé – bonne nouvelle – qu’elle commencerait « cette année ». Mauvaise nouvelle : ils devraient coûter entre 10 et 20 M€ de plus que prévu. Serge Grouard s’est également félicité que 2023 soit l’année qui officialisera l’universitarisation de l’hôpital, quand bien même la signature de la convention qui devait avoir lieu ce vendredi a été reportée. « Ce sera une révolution pour le territoire orléanais », a cependant réaffirmé Serge Grouard, qui aime rappeler qu’il prêcha dans le désert, il y a vingt ans, pour obtenir la construction d’un nouveau grand hôpital à Orléans. Dans vingt ans, il pourra dire que la transformation du CHRO en CHRU et l’implantation d’une faculté de médecine se seront concrétisées sous son mandat et qu’il en fut l’un des initiateurs. Alors qu’il y a eu l’an dernier une impulsion politique collective, Serge Grouard a souvent répété l’an dernier que si l’État avait enfin accepté la création d’un CHRU, c’était aussi grâce au partenariat que la Ville d’Orléans avait conclu avec l’Université de Zagreb pour former des médecins… Ce partenariat croate, Serge Grouard n’en a pas reparlé la semaine dernière, et il se fait globalement plus discret sur le sujet, moins en tout cas que sur le nouveau « centre de santé municipal »** rue A. Gault, qui devrait ouvrir ses portes en fin d’année.

Proximité et quartiers

Entre autres sujets, Serge Grouard, qui a beaucoup parlé la semaine dernière de la ville d’Orléans et moins de la Métropole, a indiqué qu’il serait attentif cette année aux questions de « proximité », et notamment à l’Argonne et à La Source. Ce quartier verra une page se tourner en octobre prochain avec la démolition programmée de l’emblématique tour T17, qui s’accompagnera d’une « reprise de la dalle ». Saint-Marceau a également été ciblé, de même que le quartier Bourgogne, où le maire a annoncé le lancement d’une consultation publique. « Va-t-on vers une piétonnisation de l’ensemble de la rue de Bourgogne ?, s’est-il interrogé à haute voix. Rien n’est arrêté, mais on va en discuter avec les habitants. » Dans cette zone, Serge Grouard a par ailleurs précisé qu’il n’y avait rien d’engagé concernant la vente des Vinaigreries Dessaux, dont il a révélé l’an dernier qu’il souhaitait finalement les voir transformées en logements.

* Le site de l’ancien Hôpital Porte-Madeleine abritera prochainement les locaux de la fac de droit/éco/gestion, mais aussi ceux de l’ESTP (École Supérieure de Travaux Publics), un restaurant universitaire, un hôtel de luxe et de nombreux logements.

** Ce ne sera cependant pas un centre de santé municipal à proprement parler, puisque la Ville devrait en déléguer la gestion à une association, et non pas salarier en direct des professionnels de santé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Maman de Lucas, victime de harcèlement à 13 ans, tient une conférence de presse émouvante dans les Vosges
Lundi, la maman du petit Lucas, un enfant qui s’est...
Charlélie Couture en concert à La Ferté-Saint-Aubin : Découvrez les « Quelques Essentielles » le 10 février
L’espace Madeleine Sologne de La Ferté-Saint-Aubin se prépare à accueillir...
Comment l’association 1-Terre Actions recycle les vélos pour leur donner une seconde vie
François Gallier, le directeur d’1-Terre Actions, se souvient des débuts...