|
|
Orléans sensible aux régionalismes
|
|
Orléans sensible aux régionalismes

Orléans sensible aux régionalismes

À Orléans, au rez-de-chaussée du complexe du Baron se trouve la Maison des Provinces. Un lieu qui abrite l'Union des Amicales Régionalistes du Loiret, laquelle représente douze provinces de France. Une façon de célébrer les racines de ces Orléanais venus d’ailleurs…
G.M
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp
Orléans sensible aux régionalismes-HEBDO-ORLEAN-359

L’Union des Amicales Régionalistes du Loiret (UARL) compte en moyenne près de 1 000 adhérents, entre 900 et 1 200 selon les périodes. « Il est important de savoir d’où l’on vient », justifie Roseline Éthoré, la présidente de l’Union Berrichonne et de l’UARL. Si celle-ci est une fédération rassemblant douze associations régionalistes (de la Bretagne au Midi) créée en 1933, les premières amicales sont plus anciennes. « Les premières créations remontent à 1905-1908, précise Roseline Éthoré. Elles correspondaient aux flux migratoires des campagnes vers les villes. Les gens étaient contents de se retrouver entre eux. Il faut remettre aussi cela dans le contexte de l’époque, où tout le monde n’avait pas de voiture : c’était alors l’occasion de parler du pays, mais aussi d’utiliser sa langue maternelle ».

Les premières amicales apportaient au départ un soutien financier à leurs membres. « Aujourd’hui, cela a évolué, convient Roseline Éthoré. Il s’agit de promouvoir les cultures régionales anciennes ou actuelles ». L’Union des Amicales Régionalistes du Loiret a également observé quelques changements au fil du temps, avec la présence d’une association alsacienne et une normande, aujourd’hui dissoutes, et celui d’un club antillais le plus récent. Même si les effectifs sont stables et que l’Union fidélise, « nous souffrons c’est vrai, d’une image de vieille association, alors qu’il y a ici une belle réussite humaine. Les gens ne viennent pas consommer, ils sont là pour construire ». Une force qui a d’ailleurs permis à l’ Union de redémarrer très vite après les confinements de 2020 et d’organiser dès le mois de juillet dernier un vide-greniers.

S’inscrire dans la durée

À l’heure des Facebook et autres communautés en ligne, Roseline Éthoré craint cependant une « érosion ». « Nous constatons une modification des équilibres depuis l’arrivée d’Internet, soupire-t-elle. Pourtant, on ne communique pas de la même manière au cœur d’un collectif que derrière un PC… » Cependant, la musique et la danse restent des portes d’entrée qui font encore mouche lors d’événements comme Rentrée en fête. L’UARL, d’ailleurs, ne manque pas projets : elle propose ainsi une exposition baptisée Le Bois Secret à partir du 7 novembre et jusqu’au 5 décembre à la Maison des Provinces. Cet événement s’intéressera au bois ainsi qu’à ses métiers d’hier et d’aujourd’hui, de l’activité de bûcheron au flottage et portage du bois en passant par la menuiserie, la lutherie et la construction navale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christian Ravanel : Merci patron !
Candidat aux élections municipales à Orléans en 2020, ce spécialiste...
Orléans remonte le temps
L’Orléans Vintage Festival revient vendredi et samedi pour une nouvelle...
Oh, mon beau cimetière !
Si tout le monde a entendu parler du Printemps de...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS