|
|
Paris dévisse, Orléans ratisse !
|
|
Paris dévisse, Orléans ratisse !

Paris dévisse, Orléans ratisse !

Le vieux proverbe "À quelque chose malheur est bon" pourrait s’appliquer cette année aux heureux propriétaires des villes moyennes, telles que Tours et surtout Orléans, qui voient leurs prix au m2 croître de façon significative. En parallèle – et ce n’est certainement pas un hasard – même si les prix grimpent encore, le marché francilien accuse, lui, un net recul en nombre de transactions…
L.B
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Premier constat surprenant sur le marché immobilier français en 2020 : malgré deux confinements cumulés de presque trois mois, ce sont près de 1 020 000 transactions nationales – sur 12 mois glissants arrêtés au 30 novembre – qui se sont transformées en acte authentique chez le notaire. Ce qui signifie que la dynamique du marché post-premier confinement, qui s’est achevé le 11 mai, a été très forte. La Fédération Nationale des Agents Immobiliers (FNAIM), qui envisage un chiffre final de 980 000 transactions en 2020, compte tenu des faibles ventes traditionnellement actées au mois de décembre, se félicite d’avoir fait les bonnes prévisions, même si Jean-Marc Torrollion, président de la fédération nationale de l’immobilier, le rappelle : « En juin, nous étions loin de penser à une résilience si forte du marché. C’est assez remarquable… » 

Orléans en hausse de 5,70 %

Au niveau français, donc, la plus forte baisse se situe dans les douze départements des plus grandes villes de France, avec notamment un spectaculaire plongeon à Paris de 17 % (voire probablement 20 %), suivi de 13 % en petite couronne et de 9 % en grande couronne, contre… 5 % en régions. Des chiffres à relativiser, toutefois, puisqu’au final, après une année 2019 exceptionnelle, on s’est rapproché en 2020 des résultats de 2017 et de 2018. Pour autant, le sentiment général des professionnels sur l’année à venir est unanime : la reprise d’activité depuis la fin du deuxième confinement n’est pas au rendez-vous. Autre indicateur révélateur : les prix. Sur toute la France, l’augmentation moyenne est de de 4 % au m², contre une inflation exceptionnellement basse de 0,20 %. Pour rappel, en 2019, les prix avaient augmenté de 3,10 %, contre une inflation de 1 %. Pour les observateurs, cela prouve la solidité du marché, même si cette hausse n’est pas homogène sur tout le territoire. Si Paris et les dix plus grandes villes de France gagnent environ 3,20 %, les 50 villes suivantes progressent en moyenne de 6,1 %, alors que les zones rurales perdent 0,50 %.

De fait, parmi les treize capitales régionales, Orléans se place, derrière Rennes, deuxième en termes de hausse des prix, avec une augmentation de 5,70 %. Pour la cité johannique, qui reste tout de même parmi les deux capitales régionales les moins chères de France et qui n’avait pas connu de hausse l’an dernier, un phénomène de rattrapage pourrait bien s’être enclenché et laisser présager une convergence des prix. Quant à Tours, l’évolution se situe tout de même aux environs de 4%.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
La fête du tri sera bientôt de retour
Luc Nantier, Alain Liger et Emmanuelle Bezzywotin.
Yves de Rochefort par le bout du meunier
Agriculteur meunier à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, cet ex-commercial moud des farines bio...
Résonance Business se fait entendre
Réseau national d’entrepreneurs et d’entrepreneuses, Résonance Business a créé une...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS