|
|
Pass sanitaire, leur bonne affaire !

Pass sanitaire, leur bonne affaire !

Europaband.fr est une entreprise orléanaise spécialisée dans les bracelets événementiels, tours du cou et autres objets événementiels. Avec la mise en place du pass sanitaire, les demandes ont afflué…
G.M
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Créée par Anatole Harvaux-Berla, Europaband.fr est une entreprise orléanaise en ligne qui commercialise depuis 2018 des bracelets d’identification « pour les festivals, l’événementiel, le tourisme ou les clubs de foot. Depuis la mise en place du pass sanitaire, les gens viennent à nous, la demande est énorme, explique son fondateur. Nous produisons 6 millions de bracelets par mois ! Par exemple, la SNCF nous a contactés, car il leur fallait en urgence des bracelets. On leur en a fourni  deux millions en une semaine ! » Pour répondre à la demande de la SNCF, il fallait, outre la rapidité de livraison, proposer un produit « made in France ». 

Si beaucoup de métropoles et de collectivités françaises ont passé et passent actuellement commandes à l’entreprise orléanaise, ses clients ne se limitent pas à l’Hexagone : 1,5 million de bracelets ont ainsi été commandés par l’aéroport de Charleroi, en Belgique. Au niveau local, l’entreprise a également déjà été repérée par les bars de la rue de Bourgogne. « Le bouche-à-oreille a visiblement fonctionné », se réjouit Anatole Harvaux-Berla.« Nous tendons de plus en plus vers des produits écologiques, ajoute le fondateur d’Europaband.fr. Les plus demandés sont les bracelets en tyvek, un papier indéchirable. Nos bracelets en tissu et silicone ont également un vrai succès. » 

Revanche sur la Covid

Un succès qui donne, d’ailleurs, le sourire à son dirigeant : « nous avons souffert de la Covid-19, car il n’y avait plus beaucoup d’événements. Le pass sanitaire nous donne clairement un second souffle, même s’il faut rester prudent. » L’entreprise a ainsi souffert l’an dernier des conséquences du Brexit, qui ont allongé les délais. Mais Anatole Harvaux-Berla  se veut quand même optimiste, malgré son projet, pour l’instant retardé, d’ouvrir « des sites en Allemagne, en Italie
et en Espagne ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire