|
|
|
« Ce sujet est une affaire mondiale »
|
|
|
« Ce sujet est une affaire mondiale »

« Ce sujet est une affaire mondiale »

La semaine dernière, Richard Ramos a présenté un rapport choc sur la dangerosité des sels nitrités dans la charcuterie, dont il va demander l’interdiction au Parlement. Après une quarantaine (!) d’interviews données à nos confrères de la presse nationale et régionale, nous l’avons à notre tour cuisiné. Sur le sujet du moment, bien sûr, mais aussi sur les dernières élections municipales et sur les prochaines élections régionales. Car même à Paris, le député Modem ne se tient jamais très loin du terrain politique orléanais… 
Benjamin Vasset
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Vous êtes donc sûr et certain que l’addition « sels nitrités + charcuterie » provoque des cancers ?

Oui. J’ai acquis cette certitude après une quarantaine d’auditions de professionnels de la santé, dont celle du généticien Axel Kahn, président de la Ligue contre le Cancer. Même nos pires adversaires de l’agro-industrie ont reconnu que ce cocktail (voir encadré) faisait au moins 1 200 morts par an.

Quel va être le calendrier législatif, maintenant que vous avez présenté ce rapport ?

Il a été présenté hier en Commission des Affaires économiques et voté à l’unanimité de tous les partis. Maintenant, un autre rapport de l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire) est attendu pour la fin avril. Nous avons quant à nous déposé une proposition de loi pour interdire l’usage des sels nitrités. Elle sera, je pense, présentée au vote d’ici l’automne prochain. Est-ce qu’elle sera adoptée ? Je ne suis pas sûr que tous les élus soient courageux, notamment ceux de LaREM. Je ne parle pas des députées loirétaines en qui j’ai confiance, mais je sais que certains sont sensibles aux pressions des lobbyistes.

C’est-à-dire ?

Un lobby utilise trois techniques : le cognitif, le relationnel et le discrédit. Dans le premier cas, il peut faire appel à des chercheurs en mal de financement pour bâtir une étude montrant en quoi les sels nitrités sont bons pour la santé : on fabrique alors du « faux cognitif ». Dans le deuxième cas, on invite par exemple au restau les députés qui ont signé notre rapport, mais en conviant à la même table quelqu’un de l’Institut Pasteur, qui va apporter des arguments opposés. Dans le dernier cas, on fait passer le message que Richard Ramos est un idéologue et qu’il veut taper les riches.

Le combat n’est donc pas gagné…

Non, mais quelque part, on a déjà gagné, puisque les références sans sels nitrités ont quand même quadruplé ces dernières années. L’OMS a reconnu que ce sujet était une affaire mondiale, au même titre que le tabac ou l’alcool. Des députés d’autres pays européens m’ont d’ailleurs déjà demandé de leur envoyer ce rapport.

En même temps, vous ne placez pas non plus tous les acteurs de l’agro-industrie sur le même plan…

Non. Maintenant, quasiment tous les industriels ont deux gammes, une avec et une sans sels nitrités, mais leur intérêt, purement financier, est d’avoir une alimentation pour les riches et les bobos, et une autre pour les pauvres.

Changeons de sujets et parlons du contexte politique local. On vous a peu entendu, jusqu’à présent, sur l’actuelle gouvernance de la Métropole…

Je me suis exprimé une fois en disant que c’était une honte pour la démocratie locale, et je le redis aujourd’hui. On a le droit de faire des alliances mais avant, on le dit aux électeurs. Les gens de droite que je croise me disent : « comment a-t-on pu aller avec les socialistes ? » La Métropole est un organe de coopération ? C’est l’argument qu’on sort pour avoir le pouvoir ! Mais enfin, rappelez-vous les vilenies socialistes sur Serge Grouard et Florent Montillot !

Cette alliance ne durera pas, selon vous ?

Cet alliage n’est pas très puissant ; c’est le mariage de la carpe et du lapin. Tout le monde a eu une place de vice-président, avec les petits émoluments qui vont avec. Mais dès qu’il y aura le moindre petit vent, cette alliance se fracturera. Je rappelle que les affaires sur les comptes de campagne de Serge Grouard ne sont pas terminées. Je pense certes que la probabilité que le juge administratif revienne dessus est faible, mais elle existe.

Vous avez dit, à une époque, que vous seriez sans doute tête de liste aux municipales à Orléans*. Mais finalement, vous n’avez pas pris part à la bataille…

Je vous défie de trouver une ligne où je disais que je serais tête de liste. C’est vrai que j’ai joué un rôle moins important que celui qu’on me prêtait au départ, mais où aurais-je pu aller ? Je n’aurais pas pu être sur la liste de Serge Grouard, vu les soucis que j’ai avec Florent Montillot sur la vision du territoire… Je m’entendais plutôt bien avec Olivier Carré, moins avec Olivier Geffroy ou Muriel Sauvegrain. Et puis, je ne voyais pas l’utilité qui aurait été la mienne à Orléans. J’avais un travail de parlementaire à faire et pour moi, c’était peut-être trop tôt.

Il y a quand même eu des discussions avancées avec Olivier Carré, non ?

Mais non. Olivier Carré n’a pas voulu à cause des pressions d’Olivier Geffroy et Muriel Sauvegrain et moi, je n’ai pas voulu y aller. Donc, s’il y a eu discussion, elle a été très courte.

Vous sentiez venir la défaite d’Olivier Carré ?

Oui. Je crois que la liste Carré était meilleure que celle de Grouard, mais quoi qu’on en dise, Serge Grouard a incarné la ville et sa transformation urbanistique. Olivier Carré n’a pas pris le temps d’aller voir les Orléanais. Il s’est installé comme un bourgeois s’installe dans son fauteuil.

De nombreux acteurs de la vie politique locale pensent que Serge Grouard a 2022 en tête. Et vous ?

C’est aussi ma certitude. Serge Grouard se rêve, si ce n’est en Président ou en Premier ministre, en tout cas en ministre. Il aurait pu faire du surf : avant tout le monde, il a senti la vague écolo en se présentant comme l’écolo de droite. Aujourd’hui, il surfe sur la vague populiste, c’est notre Trump local. On me dit qu’il est peu à la mairie d’Orléans et beaucoup au siège des LR. À titre personnel, j’ai vu à l’époque en Serge Grouard quelqu’un d’assez atypique et d’intéressant : dans son parti, il était quand même anti-sarkozyste. C’est quelqu’un qui a été une sorte de magicien de la politique. Il a été réélu parce qu’il est resté un magicien, mais il a perdu sa baguette magique.

Pourquoi Marc Fesneau (Modem), dont vous êtes proche, n’a-t-il toujours pas officialisé sa candidature pour les régionales en Centre-Val de Loire ? Parce que ses probabilités de gagner sont minces ?

Faudrait-il encore que les élections aient lieu en juin prochain or, si la Covid est encore là en mars-avril… Bon, si ces élections se déroulent aux dates supposées, je pense que Marc Fesneau sera bien candidat, et forcément, je serai alors avec lui dans la campagne. Pour vous répondre, il ne tarde pas parce qu’il a peur de perdre, mais parce que, comme ministre, il est aujourd’hui très occupé par la Covid. Et de toute façon, parler des enjeux régionaux serait aujourd’hui malvenu. Les Français sont préoccupés par autre chose.

D’autres partis se sont pourtant déclarés…

Ah bon ? Et qui sera le candidat LR, alors ?

Guillaume Peltier…

(Il coupe) Moi, je pense – et je suis l’un des rares à le penser – que Guillaume Peltier pourrait ne pas y aller, parce qu’il sait que s’il y va, il sait qu’il se prendra une gamelle. Pour les LR, je mettrais bien une pièce sur Nicolas Forissier (député de l’Indre) ou Constance de Pélichy (maire de La Ferté Saint-Aubin)…

* Dans La République du Centre du 11/03/2019, il déclare : « je me prépare dès aujourd’hui à être tête de liste si je dois l’être ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
La fête du tri sera bientôt de retour
Luc Nantier, Alain Liger et Emmanuelle Bezzywotin.
Yves de Rochefort par le bout du meunier
Agriculteur meunier à Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, cet ex-commercial moud des farines bio...
Résonance Business se fait entendre
Réseau national d’entrepreneurs et d’entrepreneuses, Résonance Business a créé une...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Olivet – Parvis du Moulin de la Vapeur
à 11 h 30
ARTICLES RÉCENTS