|
|
|
Les Marcheurs se cultivent
|
|
|
Les Marcheurs se cultivent

Les Marcheurs se cultivent

Une députée LREM en déplacement à Orléans.
La rédaction
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

À l’invitation de sa collègue Stéphanie Rist, la députée LREM Aurore Bergé, spécialiste des questions culturelles, est venue mercredi dernier à Orléans pour rencontrer des acteurs locaux. L’occasion de rappeler aux médias que non, la culture n’était pas oubliée dans les plans du candidat Macron, qui aurait également fait beaucoup pour elle lors du quinquennat. « Chaque année depuis cinq ans, le budget de la culture a été augmenté, assure Aurore Bergé. Et l’année blanche pour les intermittents du spectacle a représenté un milliard d’euros. » Les députées LREM se sont ainsi félicitées que, malgré la crise sanitaire, « pas une salle n’ait fermé en France », notamment grâce au « quoi qu’il en coûte ». Aurore Bergé a également mis en avant quelques actions notables de l’exécutif depuis 2017 : « les investissements dans le patrimoine de proximité », « le pass Culture élargi à 1,5 million de jeunes », ou encore la campagne de « rénovations de bibliothèques » sur le territoire français, un sujet passé il est vrai un peu sous les radars, tant ces établissements sont surtout liés, dans l’esprit des gens, à leur commune. Délaissant le bilan pour la perspective, Aurore Bergé s’est aussi dit « réfractaire à la décentralisation en matière culturelle », celle-ci pouvant conduire, selon elle, à des inégalités selon les politiques qui seraient alors menées en la matière dans chaque territoire.Plus globalement, la députée des Yvelines a expliqué que le projet du candidat Macron serait, sur ce dossier, de favoriser l’accès à la culture dès le plus jeune âge et à tous les publics, et de miser sur la création.Pour le reste, Aurore Bergé et Stéphanie Rist ont dit faire confiance à leur champion. Il ne « descend pas dans l’arène », critiquent ses adversaires ? Aucun candidat-Président ne l’avait fait auparavant dans l’histoire de la Ve République, répondent ses troupes. « Nous ne sommes pas responsables de l’absence de structuration des oppositions », enchaîne Aurore Bergé, en pointant aussitôt les déclarations de Jean-Luc Mélechon, d’Éric Zemmour et de Marine Le Pen sur Vladimir Poutine, des propos qui les « disqualifie tous », selon elle. Sinon, quelle sera la couleur générale donnée à ce qui reste de la campagne du Président sortant ? « La logique de dépassement va continuer, répond Aurore Bergé. Nous avons des gens comme François Rebsamen (ex-PS) ou Renaud Muselier (ex-LR) qui nous soutiennent. Nous restons attractifs et nous continuons à rassembler. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
À Orléans, Retailleau répond à Grouard
Candidat à la présidence de son parti, le sénateur LR...
Dix ans déjà !
Sans flonflons ni chichis, nous fêtons cette semaine les dix...
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS