|
|
|
Les Verts pointent les plateformes

Les Verts pointent les plateformes

À Meung-sur-Loire, une plateforme logistique de 100 000 m2 se construit. L’occasion, pour la liste Europe Ecologie Les Verts et La France Insoumise de rappeler ses engagements pour l’écologie, le fret ferroviaire et la consommation locale... 
C.S
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

À gauche, alors que le Parti Socialiste (PS) part seul au premier tour avec François Bonneau (actuel président de la Région Centre-Val de Loire), deux partis se sont associés : Europe Écologie Les Verts (EELV) et La France Insoumise (LFI). Un de leur combat commun ? Mettre en place une « politique de relocation et de réindustrialisation » sur le territoire, dixit Karin Fischer, tête de liste loirétaine. « Il faut rapprocher les industries de transformation des sites de production, martèle-t-elle. L’objectif est de créer un « territoire fabricant » » afin de favoriser la consommation locale. Aides à l’artisanat et aux commerces locaux, mise en réseau des différents acteurs du territoire… Cette alliance de gauche veut « anticiper pour ne plus laisser » se faire l’implantation excessive d’entrepôts en région. « Le Centre-Val de Loire est la plateforme logistique de la France !, souligne Karin Fischer. Il faut des entrepôts logistiques, mais le problème est dans le gigantisme et la mono-activité sur notre territoire. »

Favoriser le ferroutage

En ligne de mire de la liste, les actuelles constructions de plateformes, à Salbris (Loir-et-Cher) et à Meung-sur-Loire, commune où se trouve la plus grande surface d’entrepôts logistiques du Loiret. Et qui continue de s’agrandir : la plateforme MountPark, en cours de création à Meung, va s’étendre sur 100 000 m2 ! Elle va centraliser les activités des deux entreprises automobiles et d’une entreprise pharmaceutique, avec du lubrifiant automobile, des pneus, et encore des médicaments. « Mountpark s’implante sur des terres agricoles, certes polluées, mais que nous aurions pu sauver, affirme Karin Fischer. L’artificialisation des sols continue, et il semble impossible de compenser. »

Derrière le site en construction se trouve le nouveau collège Gaston-Couté et ses quelque 400 élèves, ainsi qu’un récent éco-quartier. Selon la tête de liste EELV-LFI, « les riverains n’étaient pas au courant », même si une enquête publique a eu lieu, il y a quelques années. « En plein été », modèrent les membres de la liste… En plus des différents risques (lire ci-contre) liés aux entrepôts de stockage, le fret routier devrait selon eux augmenter de « 6 à 9 % » dans la zone, soit « environ 450 camions » au quotidien. S’il n’y a eu « aucune étude d’impact sur la pollution de l’air, des sols et du débit sonore », les trajets des mastodontes de la route vont bien faire monter le bruit. Pour lutter contre, la liste EELV-LFI souhaite favoriser et développer le fret ferroviaire, en cofinançant des lignes et des trains ; elle mise également sur les mobilités douces « pour les nouveaux et futurs projets » d’implantations d’entreprises et de sites industriels dans la région. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire

Signaler un commentaire