|
|
|
Mais si, ils sont unis !
|
|
|
Mais si, ils sont unis !

Mais si, ils sont unis !

Nouvelle Union Populaire Écologique Et Sociale
Benjamin Vasset
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on whatsapp

Quel poids électoral aura la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale dans le Loiret ? C’est la question que les observateurs se posent, même si, traditionnellement, le département n’est pas une terre de gauche. En 2012 cependant, suite à l’élection de François Hollande, Valérie Corre, encore au PS, avait réussi à ravir la sixième circonscription. Dix ans plus tard, ce sera à l’Insoumis Olivier Hicter d’y tenter sa chance. Ce dernier indique qu’il sera « un député du peuple » et qu’il tiendra une « permanence mobile » s’il est élu. Confirmant par ailleurs que Bruno Cœur, le maire de Bou, ne proposera pas une candidature dissidente, Olivier Hicter se dit convaincu que l’union de la gauche (épisode 3) pourrait faire bouger les abstentionnistes, lesquels, comme les autres électeurs, auront le choix, dans le Loiret, entre plusieurs nuances de Nupes : une socialiste (Ghislaine Kounowski, 1re circonscription), un militant de Génération.s (Emmanuel Duplessy, 2e), un Insoumis (Kevin Merlot, 3e), un communiste (Bruno Nottin, 4e) et une autre Insoumise, Florence Chabirand (5e). Ne parlez pas à toute cette troupe d’un simple accord électoral pour se partager les places, ils opposeront un vrai accord programmatique, preuve selon eux d’une « clarification idéologique et politique forte ». Même si ce fameux programme commun n’est pas encore sorti des rotatives, des « mesures-phares » qui ont reçu l’assentiment de tous sont déjà énumérées : au choix, la retraite à 60 ans, le SMIC à 1 500 € nets, l’allocation autonomie à 1 063 € pour les jeunes, le blocage de prix des produits de première, la planification écologique, la reconstruction des services publics (hôpital, Poste, écoles…) ou l’égalité salariale femmes-hommes. « Il y a une vraie volonté de répondre à la demande sociale », clame Emmanuel Duplessy, qui s’en prend également au « bilan de la macronie : plus de précarité, plus de tensions et plus de violences » durant les cinq dernières années. Pas question donc, pour la Nupes, d’afficher le moindre embryon de tiraillement, tant ils savent que les médias seront les premiers à les mettre en lumière. « L’électorat de gauche nous a signifié qu’il fallait arrêter les conneries », pointe d’ailleurs la communiste Dominique Tripet, pas candidate à la députation, mais présente lundi dernier à la présentation des troupes. Entre candidats, suppléants et têtes de gondole des différents partis, il y avait d’ailleurs beaucoup (trop?) de monde au lancement médiatique de cette campagne loirétaine de la Nupes. Mais en ces heures historiques pour elle, la gauche, qui a tant péché dans le passé par excès de divisions, ne voulait visiblement pas être prise en défaut de rassemblement… 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autres ARTICLES a lire
Christine Rousselle : Plein gaz
Cette enseignante-chercheuse à l’université d’Orléans, spécialiste de l’énergie et des...
Porte-à-porte dansé à Orléans
Imaginez une déambulation d’artistes dans votre quartier… Qui s’étendrait jusque...
Yanis, sa maman et ses amis… rêvent plus grand
Solidarité à Saint-Jean-le-Blanc.
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS