Portrait

Alexandre Le Bail : Guitare héros

Voilà quelqu’un pour qui le confinement a été un révélateur : en avril dernier, en jouant à ses fenêtres, cet habitant de Saint-Hilaire Saint-Mesmin a compris ce qu’il voudrait faire de sa vie d’après. Futur ex-militaire, il veut désormais aller au bout de son rêve, qui passe par le chant et la musique.
Benjamin Vasset
22/07/1986 : naissance à Revin (Ardennes)
1996 : arrivée à Orléans
04/09/2020 : sort son titre La Vie sur les plateformes, dont le clip a été tourné à Orléans

Pugnace, le garçon l’est assurément. Avant l’été, Alexandre Le Bail nous avait contactés pour nous parler de son projet. Fin août, ne nous voyant pas revenir vers lui, il en a remis une couche, sans avoir l’air d’y toucher. Mais persuadé, au fond de son être, que son existence était en train de basculer et que, pour faire pencher la balance, il fallait mettre tous ses œufs dans le même panier. En l’occurence, faire connaître son guitare-chant, dont quelques habitants d’Orléans et de Saint-Hilaire Saint-Mesmin ont déjà eu, au printemps, un petit aperçu. 

Le printemps 2020 : une période maudite pour beaucoup, mais bénie pour lui. Le 8 avril très précisément, Alexandre Le Bail obtient l’autorisation de jouer à ses fenêtres lors d’un concert à la bonne franquette. Quelques jours plus tard, il enregistre une chanson sobrement intitulée Covid-19, qu’il partage sur les réseaux sociaux. 20 000 vues plus tard, il se dit que c’est un signe du destin et que lui, qui a commencé à chanter sur les coups de 16 piges, doit persévérer dans ce qui reste la grande passion de sa vie. 

« C’était pile-poil dans le tempo », raconte aujourd’hui ce militaire qui entamera, dans quelques mois, un congé professionnel en vue d’une reconversion après plus de dix-sept années passées sous les drapeaux. Alors il s’active, sollicite, démarche : le 21 juin, il s’est produit seul sur scène lors de la Fête de la musique, toujours à Saint-Hilaire Saint-Mesmin. Depuis, il a aussi fait le tour des médias locaux, qui accueillent avec sympathie la démarche de ce trentenaire qui, par son entregent et sa ténacité, affirme aujourd’hui être diffusé par plus d’une quinzaine de radios en France. Dans le Loiret, RCF 45 en a même fait le parrain d’une de ses émissions, Graffiti Cinéma, grâce à laquelle il va se lancer, dans les mois qui viennent, dans une tournée à travers tout le pays. 

« Le confinement continue de me porter chance »

Alexandre Le Bail a encore quelques chansons dans sa besace, et il veut désormais conquérir son public à la force du poignet. Au contact des gens et « à l’ancienne », lance-t-il, assurant avoir récemment éconduit un agent qui lui certifiait de pouvoir le faire passer sur de grandes radios nationales, moyennant un chèque de 5 000 €… Mais où pourra-t-il aller comme cela, avec sa guitare en bandoulière et son pied de micro ? Lui seul le sait, mais le garçon a visiblement envie d’une chose : n’avoir aucun regret. « Quand j’étais petit, j’ai dit à mes parents qu’un jour, je serai sur la scène du Zénith… Allez, sur un malentendu, une première partie, ça peut marcher ! », dit-il gaiement, en paraphrasant Jean-Claude Dusse. Ce tatoué va surtout conclure d’ici le mois de décembre un premier EP, à la suite duquel il se lancera dans un road-trip d’un an. L’occasion de chanter La Vie, son deuxième titre personnel dont le clip a été dévoilé la semaine dernière sur les réseaux, mais aussi Je te le dois, un morceau plus rythmé que Pierre-Étienne Michelin, ancien batteur de Trust et de Michaël Jones, va l’aider à arranger en lui fournissant sa ligne de batterie. 

Relève-toi et fonce !

Cet ancien de Benjamin-Franklin a des étoiles dans les yeux quand il évoque son bonheur à venir, auquel il croit fermement. Encouragé par sa compagne, qui l’accompagne dans ses rendez-vous médiatiques, ce garçon qui a connu des moments douloureux à l’adolescence dit maintenant « vouloir croquer la vie à pleines dents ». « C’est quelqu’un de très à l’écoute, souriant, bavard, qui se donne à fond », confirme sa moitié, en le dévorant des yeux, comme transie d’admiration. Elle aime sans doute chez son conjoint son enthousiasme profond, son optimisme contagieux. « La vie est dure, on se prend des coups mais au final, on en sort grandi, délivre l’intéressé comme un constat d’évidence. Vraiment, autour de nous, tout est beau et chouette ! » Si, quand il chante, la voix d’Alexandre Le Bail transmet toute une palette d’émotions, quand il parle, ses phrases sont, sans qu’il le sache vraiment, ponctuées de points d’exclamation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Alix Fourré : La chasse aux trésors
Archéologue céramologue pour l’Inrap, Alix Fourré passe ses journées à...
Louis Stecken : Illusions d’optique
Peintre orléanais dont le charisme n’a d’égal que la sympathie,...
Alexandre Le Bail : Guitare héros
Voilà quelqu’un pour qui le confinement a été un révélateur :...
Événements de la semaine
9
Oct
Saint-Jean-le-Blanc – Espace Montission – Avenue Jacques Douffiagues
20 h 30.
6
Oct
Chécy – Espace George Sand
à 20 h
1
Oct
Orléans – Théâtre
à 19 h.
30
Sep
Fleury-les-Aubrais – Bibliothèque des Jacobins
à 16h30 et 17h30
28
Sep
Orléans – Théâtre Gérard Philippe.
#
27
Sep
Orléans – Parc floral
à 15 h 30.
ARTICLES RÉCENTS