|
|
|
Christelle Clairville : Beaux arts des îles
|
|
|
Christelle Clairville : Beaux arts des îles
Portrait

Christelle Clairville : Beaux arts des îles

Originaire de Guadeloupe et habitante orléanaise, cette jeune trentenaire a fondé Gaston, une entreprise de leasing d’œuvres d’art des Antilles.
Ambre Blanes
14/01/1990 : Naissance en Guadeloupe
Mai 2021 : Création de Gaston
Octobre 2021 : Déménagement à Orléans

Elle a grandi à Petit-Bourg, en Guadeloupe, puis après une classe préparatoire à Pointe-à-Pitre, Christelle Clairville est entrée dans une école de commerce en métropole. « Pendant longtemps, je me demandais comment c’était au-delà de la France continentale. J’avais hâte d’aller à l’étranger », admet la jeune femme au sujet de ses passages à Taïwan ou aux États-Unis, où elle travailla pour de grandes boîtes comme L’Oréal ou Air France. Son premier emploi post-diplôme lui fut pourtant proposé à Orléans, en tant que chef de secteur pour… Colgate Palmolive. « Je n’ai pas aimé ce métier car j’en ai vite eu assez des palettes de javel, mais j’ai aimé la ville ! » raconte-t-elle. Elle retourna toutefois à Paris ; en agence, jusqu’à devenir directrice marketing d’une start-up de covoiturage. Lors du premier confinement, l’activité s’arrêta, et Christelle eut envie de monter son entreprise : une vitrine en ligne pour les métiers d’arts et artistes des Antilles françaises. Lors du second confinement, elle se posa neuf mois chez ses parents avec son conjoint et peaufina son business-plan tout en continuant de télétravailler (5h-13h, une heure de sieste et rebelote jusqu’à 20h). « Le soir, il n’y avait plus de lumière dans mon cerveau, mais j’ai pu rendre visite aux artistes, expliquer ma vision et connaître leurs besoins. » Puisque les artistes peinent à vendre leurs sculptures, œuvres murales, objets ornementaux ou à trouver un agent, Christelle Clairville leur proposait plus de débouchés possibles. 

Après ce temps de gestation, la jeune femme quitta son emploi parisien et, histoire de se payer une meilleure qualité de vie, le couple emménagea à Orléans. Ici, elle s’épanouit entre la salle de sport, les bords de Loire et le marché de Saint-Marceau. Le site internet de Gaston (www.gaston.boutique) vit le jour en mai 2021 : s’il adresse certes aux particuliers, Christelle a aussi participé au salon Maison et Objet pour intéresser les prescripteurs (décorateurs, architectes d’intérieur, grands magasins) et approcher des galeries d’art en parallèle. Elle a ainsi pu exposer une douzaine d’œuvres de l’artiste Yelow à Paris et fut, dans la foulée, lauréate du programme #FemmesEntrepreneuses d’Orange en 2021, une réussite pour elle qui veut briser le sentiment paternaliste que les continentaux peuvent poser sur la Guadeloupe : oui, les plages, le soleil et le rhum en font la saveur, mais de nombreux talents y naissent, qu’ils s’agissent de chercheurs agronomes, de plantes médicinales, d’artistes talentueux ou d’entrepreneurs dynamiques. « En entreprise, je faisais tout pour bien faire mon travail en ayant le sentiment que ça ne servait à rien, explique-t-elle en abordant le syndrome de la bonne élève. Avec Gaston, j’ai enfin le sentiment d’agir pour développer une autre vision des Antilles. J’espère recruter quelqu’un en Guadeloupe pour faciliter l’activité et j’aimerais beaucoup avoir un point de vente à Orléans pour les créations que je défends. » 

Voyage au long cours

Après la mise en place de son projet, restait à faire venir les œuvres : après avoir rassemblé toutes les pièces, choisi celles qu’elle voulait exposer, entouré chaque objet de papier bulle, monté un cadenas ou trouvé un transporteur, Christelle Clairville découvrit l’envers du décor : « On a fait le contrôle aux rayons X du paquet et démarché les douanes, car les Antilles ne sont pas considérées comme la France sur le plan douanier ! Il y a une procédure d’import de marchandises avec admission temporaire sur le sol français : cela m’a beaucoup choquée et demandé beaucoup de temps pour comprendre, et puis, surtout, ça m’a coûté un bras ! J’ai dû prendre l’avion séparément en voyageur. » Pour faciliter l’acheminement vers le continent, Gaston pourrait bien prochainement constituer son propre stock d’œuvres achetées…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES
Barbara Alloui Ma cuisinière bien-aimée
Pédagogue et passionnée, cette Olivétaine promeut une cuisine simple, variée...
Jules Chesne : Sur la réserve
Aide-soignant de profession, ce jeune Orléanais de 23 ans devrait, à...
Anouck Hilbey : Tabous de souffle
Autrice, performeuse et metteuse en scène, Anouck Hilbey a fondé...
Événements de la semaine
13
Mar
11
Mar
Orléans – Palais de Justice – 44, rue de la Bretonnerie
#
11
Mar
Saint-Jean-de-la-Ruelle Médiathèque Anna-Marly puis dans tous les quartiers de la ville
#
14
Oct
Orléans – Théâtre Gérard Philipe
à 15 h
11
Oct
Orléans – Salle de l’institut
à 10 h 45
ARTICLES RÉCENTS