|
|
|
Germain Guindey : Jeu drôle
Portrait

Germain Guindey : Jeu drôle

Réalisateur, scénariste, caméraman, peintre, écrivain et même…marionnettiste, Germain Guindey est un véritable touche-à-tout débarqué à Orléans il y a plus de deux ans. Ce bon vivant écrit et crée notamment des jeux de société, distraction en vogue lors des récents confinements.
Hugo De Tullio
Avril 2018 : Emménagement à Orléans et passage à plein temps à Tric Trac
Juin 2018 : Sortie de Unlock Exotic Adventures
Juillet 2020 : Quitte Tric Trac pour devenir artiste-auteur indépendant

Garçon ouvert au rire facile, Germain Guindey est ce que l’on pourrait appeler un couteau suisse. Après un baccalauréat littéraire option art plastique obtenu à Dijon, le jeune homme enchaîne avec une prépa Beaux-Arts, avant de passer trois ans en école de cinéma dans les Yvelines. Doué dans son domaine, certains de ses professeurs lui suggèrent de tenter la prestigieuse école de la FÉMIS, à Paris. Proposition déclinée par l’intéressé, qui avoue rétrospectivement « en avoir un peu marre » des études. Pendant six mois, Germain va alors travailler dans une boîte de production pour relire des scénarios. Vient ensuite une nouvelle offre qu’il ne refuse pas : un job à Tric Trac, site communautaire dédié aux jeux de société, dans lequel sont inscrits 40 000 membres. D’abord réalisateur de live pour Tric Trac TV, il soumet ses talents de chroniqueur avant de proposer des idées d’émissions, de passer en CDD en 2018 et d’emménager finalement à Orléans, où ont lieu les tournages.

Fort de cette expérience qui consiste à tester le plus de jeux possible pour les conseiller aux internautes, le Bourguignon d’origine prend confiance et décide de passer de l’autre côté du miroir, en écrivant et créant à son tour des jeux de société. « Ce qui m’a mis le pied à l’étrier, au-delà de mes contacts à Tric Trac, c’est que je sais écrire des histoires grâce à ma formation, explique-t-il. J’aime raconter des récits, et il y a de plus en plus de jeux qui ont un besoin narratif. » Germain aime avant tout surprendre et être surpris, en se lançant de nouveaux défis. Aussi bien captivé par la peinture, le dessin, la bande-dessinée ou le cinéma, le jeune artiste évoque des réalisateurs comme Jean-Pierre Jeunet, David Lynch ou Wes Anderson comme sources d’inspiration. Côté littérature, les univers fantastiques de Lovecraft ou d’Alain Damasio (La Horde du Contrevent) sont cités comme référence. À l’image de ces derniers, il « ne supporte pas l’idée que le spectateur ou le joueur soit inactif. Il faut le choquer, le déstabiliser, lui faire poser des questions, et pour ça, le jeu de société est fantastique. »

L’an passé, il a participé à l’élaboration d’un jeu d’énigme avant d’écrire pour Ghost Adventure, jeu d’équilibre avec une toupie. Alors qu’ils sont peu nombreux à gagner leur vie dans ce milieu, Germain affirme qu’il arrive à se dégager un salaire correct. « La frontière entre le travail et mes passions a toujours été floue, et je m’amuse à chercher des gens assez naïfs pour me payer pour ça », plaisante-t-il. Avec les deux confinements subis en 2020 pour lutter contre la Covid-19, les Français ont dû majoritairement rester chez eux. Et quoi de mieux qu’une partie de jeux de société pour faire passer le temps ? « On voyait que les gens jouaient beaucoup chez eux, et de plus en plus se repenchaient sur les jeux qu’ils avaient déjà lors du premier confinement, explique l’intéressé. Alors pour le second, ils ont anticipé » en essayant de découvrir de nouveaux jeux, car le Monopoly ou le Uno, cela allait bien un temps…

Original et déroutant

Depuis le mois de juin dernier, Germain Guindey a quitté Tric Trac mais travaille toujours avec le site de manière occasionnelle, en proposant à l’équipe des projets ou des articles. « Content et conscient » qu’il peut vivre des jeux de société, l’ancien élève des Beaux-Arts ne se cantonne pas qu’à cette seule discipline : en cette année 2021, il espère présenter ses tableaux calligraphiques lors de deux expositions, dont l’une près d’Orléans. Il a également écrit plusieurs nouvelles et souhaiterait les mettre à disposition sur Internet. Visiblement infatigable, l’Orléanais réalise aussi une série courte d’épisodes de deux minutes, intitulée La pause culture, et mettant en scène des tableaux connus de tous. Enfin, et c’est l’une de ses plus grandes fiertés, un nouveau jeu de société écrit et conçu par ses soins doit voir le jour d’ici février. Nommé Nouvelles Cont(r)ées : l’essence cachée, celui-ci prend l’apparence de marque-pages que l’on peut placer dans n’importe quel livre de sa bibliothèque. Avec d’autres joueurs, l’idée est « d’explorer le roman grâce aux marque-pages, qui permettent d’avancer dans le livre comme si c’était un monde inconnu ». Original et déroutant, à l’image de son créateur. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ARTICLES SIMILAIRES

Signaler un commentaire